Grippe aviaire: des règles respectant tous les modes de production

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Grippe aviaire: des règles respectant tous les modes de production

Publié le 15/02/2017 à 13:24 - Mise à jour le 17/02/2017 à 20:34
© REMY GABALDA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Le Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog), qui se réunit jeudi à Bordeaux, souhaite mettre en place de nouvelles règles pour se prémunir des épizooties qui respectent "tous les modes de production", en décalage du ministre de l'Agriculture qui a appelé lundi à "revisiter le modèle de production".

"On cherche à avoir des règles qui respectent tous les modes de production, qui ne fustigent pas les uns contre les autres. La filière, elle est plurielle, le risque sanitaire, il est aussi bien pour les petits que pour les gros", a déclaré mercredi à l'AFP Marie-Pierre Pé, déléguée générale du Comité, qui avait été accusé par certains éleveurs de défendre surtout les intérêts des grands opérateurs agro-alimentaires.

Mme Pé s'est dite "surprise" par la prise de position de Stéphane Le Foll, qui avait appelé lundi à revoir l'organisation de la filière. "Il va falloir avoir une stratégie pour limiter les transports, on va essayer de signer un contrat avec le Cifog pour revisiter le modèle de production", avait-il-dit devant la presse.

"Nous avons eu plusieurs réunions avec les opérateurs du transport, pour faire des propositions. On sait où sont les maillons faibles, on sait ce qu'il faut faire", a indiqué Mme Pé, tout en estimant que Stéphane Le Foll est "bien conscient qu'il n'y a pas que la question du transport" qui se pose.

"Ce n'est pas parce qu'on déplace les animaux qu'on est plus exposé que si on ne les déplace pas et qu'on ne respecte pas les règles de biosécurité, il faut prendre la juste mesure de tout ça", a insisté Mme Pé, tout en indiquant travailler "en permanence avec le ministère de l'Agriculture".

Tout en déclarant que les transports ont constitué un "facteur de propagation au démarrage de l'épidémie", Mme Pé a estimé qu'"il n'y a pas que ça, il faut sécuriser sur le plan sanitaire". Elle a évoqué notamment le nettoyage et la désinfection des canards qui doivent être revus: "avec ce virus qui est très agressif, les process de nettoyage sont mis à mal. Le virus H5N1 se détruisait relativement facilement, le H5N8, on voit que c'est plus compliqué".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un élevage de canards le 5 janvier 2017 à Bars dans le sud-ouest de la France

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-