La France va accueillir le mondial des tondeurs de moutons

La France va accueillir le mondial des tondeurs de moutons

Publié le 03/03/2017 à 09:33 - Mise à jour à 09:34
© Jacques DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Entre 30 et 35 nations, un peu plus de 300 athlètes et une ribambelle de moutons: la France n'a pas encore les JO de 2024 mais elle a déjà remporté le droit d'accueillir une compétition presque aussi prestigieuse: le mondial de tonte de moutons.

Après "#MadeForSharing" ("Venez partager"), le slogan de la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques de 2024, le championnat du monde de tonte de moutons, qui aura lieu au Dorat (Haute-Vienne) en juillet 2019, s'est choisi un slogan malicieusement détourné: #MadeForShearing (Venez tondre).

Un maillot bleu et blanc bordé de liserés rouges, ce n'est pas le Stade de France, mais le public est captivé: Dans le ring ovin du salon de l'agriculture, Loïc Leygonie, 25 ans, tondeur professionnel du Lot, espère être la star de ces prochains mondiaux.

Avec calme et détermination, il cale entre ses jambes, une par une, cinq brebis qu'il déshabille de toute leur laine en quelques minutes, devant les visiteurs de tous âges.

Le champion de France en titre de l'épreuve reine de la tonte mécanique est la vedette chargée de promouvoir ce premier mondial organisé dans l'Hexagone, un événement remporté de haute lutte face à l'Irlande du Nord, lors des derniers mondiaux, le 8 février dernier en Nouvelle-Zélande.

Au classement mondial, la France est encore loin des nations reines de la laine, pour la plupart des grands pays de rugby, comme la Nouvelle-Zélande, l'Angleterre ou encore le Pays de Galles.

"On se débrouille pas mal, on n'arrive pas encore à percer", résume Christophe Riffaud, tondeur pro et président de l'association pour le mondial de tonte de moutons (AMTM), qui a soutenu le projet.

Loïc a terminé 16e sur 60 lors des derniers mondiaux. Une Française est également allée jusqu'en demi-finale d'une autre épreuve.

L'idée d'accueillir les mondiaux à domicile a germé, après l'organisation par la France en 2013 du "tournoi des 6 nations", un succès populaire, avec quelque 10.000 visiteurs en deux jours à Le Dorat.

- "Compèt' pure et dure" -

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait accordé très tôt son soutien à cette démarche "ambitieuse et parfaitement légitime" dans une lettre à M. Riffaud.

Beaucoup de travail et quelques années plus tard, la petite ville du Limousin, qui compte moins de 2.000 âmes, accueillera en juillet 2019 quelque 30.000 personnes pendant une semaine, pour un montant total de 600.000 euros de frais d'organisation.

Une trentaine de nations des cinq continents vont s'affronter dans trois épreuves différentes: la tonte mécanique, la tonte aux forces (grands ciseaux) et le tri et ramassage de laine.

Christophe Riffaud confesse avoir eu "un peu peur de partir sur un tel projet", même s'il ne cache pas sa fierté d'avoir gagné et espère bénéficier de l'effet compétition à la maison.

"C'est un petit avantage, car on connaît nos animaux", explique-t-il. "La laine est différente, les moutons sont différents de par leur morphologie".

Car si la petite ville de Le Dorat a été choisie, c'est parce qu'elle se trouve "au coeur d'un bassin ovin allaitant".

"Ce serait une fierté de représenter la France, à domicile, mais il faut se requalifier, tout repart de zéro en 2018", rappelle Loïc Leygonie, qui remettra d'ici-là en jeu son titre national et ne compte pas se relâcher: "Il faut une condition physique". Au menu, course à pied et renforcement musculaire.

"C'est de la compèt' pure et dure", prévient M. Riffaud: en cinq jours, près de 5.000 moutons seront en effet mis à nu.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le champion de France 2016 de la tonte mécanique de mouton, Loic Leygonie, au salon de l'agriculture à Paris, le 2 mars 2017

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-