François Hollande: l'explosion au FMI est "un attentat", "nous sommes toujours visés"

François Hollande: l'explosion au FMI est "un attentat", "nous sommes toujours visés"

Publié le 16/03/2017 à 13:11 - Mise à jour à 20:19
© BORIS HORVAT / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Un courrier piégé a explosé jeudi au siège parisien du FMI et blessé une employée, un acte qualifié d'"attentat" par le président français et qui pourrait être dû à la mouvance anarchiste grecque, selon des sources française et grecque.

Cette explosion est survenue au lendemain de la découverte d'un paquet piégé au ministère allemand des Finances, dont l'envoi a été revendiqué par un groupe anarchiste grec.

"Nous sommes encore en face d'un attentat, il n'y a pas d'autre mot face à un colis piégé", a déclaré François Hollande. "Nous sommes toujours visés. Là, en l’occurrence, c'est le Fonds monétaire international, mais c'est en France, c'est la France. (...) Nous sommes directement concernés", a-t-il déclaré en marge d'un déplacement dans le Sud.

Christine Lagarde, la patronne du FMI, a condamné un "acte de violence lâche".

L'explosion du colis piégé au siège du FMI a légèrement blessé une secrétaire. Des éclats l'ont atteinte au visage et elle souffre des tympans du fait de l'effet de souffle, selon le préfet de police de Paris Michel Cadot.

Mercredi à Berlin, un "mélange explosif" a été découvert au ministère allemand des Finances, expédié depuis la Grèce, avec comme fausse adresse d'expéditeur celle d'un député de droite. Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu a revendiqué l'envoi de ce paquet.

Ce même groupe "serait vraisemblablement à l'origine" de l'envoi du colis piégé ayant explosé au siège parisien du FMI, a indiqué à l'AFP une source policière grecque.

Selon cette source, le ministre adjoint grec de la Protection civile Nikos Toskas a été informé par les autorités françaises que le colis envoyé au FMI avait été expédié d'Athènes, comme celui envoyé au ministère allemand des Finances.

- Engin "relativement artisanal" -

Selon une source proche de l'enquête à Paris, des résidus de timbres grecs ont été retrouvés après l'explosion de jeudi.

"Compte tenu de ces premières constations, l'enquête s'oriente plutôt vers la piste d'un groupe anarcho-autonome", a précisé cette source.

L'explosion au FMI a été provoquée par un engin pyrotechnique "relativement artisanal" qui a provoqué des "dégâts assez limités dans le bureau", a déclaré Michel Cadot lors d'un point de presse.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'engin pourrait être un pétard. Plusieurs personnes ont été évacuées par mesure de précaution après cette explosion survenue au coeur de Paris, à proximité des Champs-Élysées.

Le parquet antiterroriste a été saisi de l'enquête en flagrance, notamment ouverte pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Les investigations ont été confiées à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

"Nous devons rechercher toutes les causes et trouver les coupables. Nous le ferons avec obstination, persévérance et jusqu'au bout", a promis M. Hollande, pour lequel les événements de jeudi - l'explosion au FMI et une fusillade dans un lycée - conduisent "à justifier l'état d'urgence".

Mercredi, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas avait estimé que les conditions étaient réunies pour "une sortie de l'état d'urgence", instauré en France au soir des attentats jihadistes du 13 novembre 2015 et prolongé jusqu'au 15 juillet 2017.

La décision reviendra toutefois à la majorité issue des urnes après la présidentielle (23 avril - 8 mai) et les législatives (juin). Toute nouvelle prolongation de l'état d'urgence doit en effet être soumise au Parlement.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Hollande à Toulon, le 16 mars 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-