Macron veut supprimer l'"exit tax" dès l'année prochaine

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Macron veut supprimer l'"exit tax" dès l'année prochaine

Publié le 02/05/2018 à 10:11 - Mise à jour à 10:38
© LUDOVIC MARIN / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le président français Emmanuel Macron a annoncé vouloir supprimer l'"exit tax" l'année prochaine, estimant que cet impôt sur les plus-values lorsqu'un résident quitte la France envoyait un "message négatif" aux entrepreneurs, dans un entretien au magazine américain Forbes.

Le président de la République considère que cet impôt envoie un "message négatif aux entrepreneurs, plus qu'aux investisseurs", car elle signifie qu'"au-delà d'un certain seuil, vous êtes pénalisé si vous quittez la France".

Cette imposition, qui s'applique depuis mars 2011, vise à dissuader le transfert de domicile fiscal à l'étranger en imposant des plus-values sur des participations détenues par un contribuable quittant la France.

"C'est une grave erreur pour nos start-ups parce que nombre d'entre elles, quand elles considéraient la France moins attractive, décidaient de lancer leurs projets en partant de zéro à l'étranger dans le but d'éviter cet impôt", a ajouté le chef de l'Etat, précisant que cette suppression interviendrait "l'année prochaine".

Cet impôt n'est "pas particulièrement bénéfique pour les finances publiques", il est "tout petit", a souligné M. Macron.

"Le message que je veux envoyer aux investisseurs étrangers est que nous baissons l'impôt sur les sociétés, nous simplifions tout, apportons plus de flexibilité sur le marché du travail, accélérons la transformation de l'économie française", a-t-il ajouté.

Selon lui, "l'un des principaux problèmes du pays était le coût de la défaillance (des entreprises, NDLR), mortel pour l'investissement". "Dorénavant, il est plus facile d'échouer et ça ne coûte rien, ce qui est le meilleur moyen d'encourager les entrepreneurs à se lancer et réussir", a-t-il ajouté.

xspe/vab/tq/esp

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le président français Emmanuel Macron à Sydney, le 2 mai 2018

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-