Numérique: l'Autriche va introduire une "taxe Gafa", à la suite de la France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Numérique: l'Autriche va introduire une "taxe Gafa", à la suite de la France

Publié le 29/12/2018 à 12:28 - Mise à jour à 12:38
© Daniel MIHAILESCU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Vienne

-A +A

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s'est engagé samedi à introduire dans son pays une taxe sur les géants numérique (Gafa), dans le sillage de la France et à l'heure où les pourparlers se poursuivent pour adopter une taxe sur l'économie numérique à l'échelle de l'Union européenne (UE).

Alors que la France entend commencer à prélever une taxe sur les géants du numérique - appelés "Gafa" (Google, Apple, Facebook, Amazon...) - à partir du 1er janvier, sans attendre son adoption au niveau européen, Vienne projette de lui emboîter le pas.

"Ce n'est que justice que les géants du numérique actifs en Europe paient leur juste part d'impôt. Outre une disposition au niveau de l'Union européenne, nous agirons également au niveau national", a affirmé M. Kurz, selon un communiqué.

"Nous allons introduire une taxe numérique en Autriche", a-t-il insisté, observant que les Etats-membres de l'UE sont "d'accord en principe sur le besoin d'une telle taxation".

"L'objectif est clair: il s'agit de taxer des entreprises qui engrangent des revenus colossaux en ligne, sur lesquels elles ne paient pratiquement aucun impôt, à l'image du (réseau social) Facebook et du (géant de la vente en ligne) Amazon", a précisé M. Kurz.

Le ministre autrichien des Finances Hartwig Loeger est désormais chargé "d'élaborer les détails et la mise en oeuvre" de cette taxe, dont il "dévoilera le fonctionnement début janvier", a précisé le jeune chancelier.

Cette taxe numérique entrera ensuite en vigueur dans le cadre des réformes fiscales projetées par le gouvernement pour 2020.

De son côté, la taxe française sur les géants du numérique ne se limitera pas au chiffre d'affaires, mais devrait s'étendre aux revenus publicitaires, aux plateformes et à la revente de données personnelles.

Selon la législation européenne en vigueur, les géants technologiques américains peuvent choisir de déclarer l'ensemble de leurs revenus européens dans n'importe lequel des Etats-membres, et se tournent de fait vers les pays à faible niveau de taxation, comme l'Irlande, les Pays-Bas ou le Luxembourg.

Dans l'UE, les entreprises numériques paient ainsi en moyenne 9% d'impôts, contre 23% pour les autres sociétés, selon la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager.

Alors qu'il faut l'unanimité des Etats pour adopter une décision sur la fiscalité, un projet de directive européenne destinée à mieux imposer les "Gafa" se heurte à la résistance de l'Irlande, du Danemark et de la Suède, mais aussi aux doutes exprimés par l'Allemagne.

Auteur(s): Par AFP - Vienne


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Bucarest le 21 décembre 2018

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-