Paris renforce son arsenal contre les locations Airbnb illégales

Paris renforce son arsenal contre les locations Airbnb illégales

Publié le 29/11/2017 à 09:16 - Mise à jour à 11:25
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Dès vendredi les annonces de location de logements sur Airbnb et ses concurrents à Paris devront afficher un numéro d'enregistrement, obtenu en mairie, nouvelle étape dans la traque des meublés touristiques illégaux.

La capitale, qui cherche à contenir la disparition de logements convertis en appartements pour touristes, est la première ville française à adopter cette mesure et sera suivie par Bordeaux le 1er mars.

"Je me suis enregistrée auprès de la mairie de Paris car ça me paraît tout à fait normal, la location doit être régulée et si on veut rester cohérent, il ne s'agit pas d'avoir des multipropriétaires sur ces sites !", estime Agathe, parisienne de 38 ans, qui loue son appartement entre 85 et 120 euros la nuitée, selon le nombre de personnes.

En louant son appartement parisien de mai à novembre, au gré de week-end et vacances, elle gagne 3.000 euros.

"Ce genre de plateforme de location a été créée sur le principe de complément de revenus. Moi ce n'est pas du tout ma source de revenu principale, mais c'est ce qui me sert à payer mes vacances, mes voyages, c'est un plus", précise-t-elle à l'AFP.

La loi pour une République numérique votée en 2016 permet aux communes de plus de 200.000 habitants et à celles de la petite couronne parisienne de créer un numéro d'enregistrement pour les meublés faisant l'objet d'une location de courte durée.

Il s'agit d'un outil pour permettre aux communes de vérifier que les propriétaires ne dépassent pas la durée limite légale de location de 120 jours par an lorsqu'il s'agit de résidences principales.

La Ville de Paris, qui comme toutes les grandes villes touristiques cherche à réguler ce type de locations, impose à toute personne désirant louer son appartement sur une plateforme numérique d'enregistrer et de faire figurer sur l'annonce ce numéro d'enregistrement à partir du 1er décembre.

"Nous souhaitons que cela permette une transparence plus grande pour l'offre des appartements en location de courte durée car aujourd'hui, c'est l'opacité qui règne", explique Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

La cible ? "Ce n'est pas la sous-location qui, elle, ne prive pas Paris de logements. Ce qui nous pose problème c'est la transformation de logements en location à l'année, concernant donc plutôt les multipropriétaires", souligne l'élu.

- "20.000 logements perdus en 5 ans" -

Quelque 100.000 annonces sont proposées à Paris, toutes plateformes confondues. Paris est pour Airbnb l'un des premiers marchés du monde avec 65.000 logements revendiqués.

"Sur cinq ans, la ville de Paris a perdu 20.000 logements, qui ont été transformés en meublés touristiques, loués en permanence, au détriment du logement et des classes moyennes parisiennes. L'objectif est de mettre un terme à cette hémorragie", poursuit M. Brossat.

Au 22 novembre, plus d'un million d'euros d'amendes avaient été infligées en 2017 par la justice aux propriétaires louant illégalement des meublés touristiques dans la capitale, selon M. Brossat, soit trois fois plus qu'en 2016.

Pour Sandrine, qui loue depuis mars 2016 son appartement de 39 m2 dans le quartier prisé du Marais à Paris, ce numéro d'enregistrement "est utile pour la régulation et pour virer les gens qui sont locataires et qui sous-louent".

En revanche, elle regrette que le nombre de nuitées soit bloqué à 120 par an : "Ca ne m'arrange pas financièrement, c'est contraignant".

"Je loue à peu près toute l’année 65 euros la nuit pour 3 personnes maximum. Par mois, le revenu hors charges se situe entre 500 et 600 euros, ce qui me permet de payer la pension de mon cheval, qui est exactement au même prix", détaille-t-elle.

Au niveau international, la durée limite légale de location varie. Elle est de 90 jours maximum par an à Londres et à San Francisco, quand elle est de 60 jours par an à Amsterdam et de 31 jours par an seulement au Québec.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dès vendredi les annonces de location de logements sur Airbnb et ses concurrents à Paris devront afficher un numéro d'enregistrement, obtenu en mairie, nouvelle étape dans la traqu

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-