Prune ou horodateur? La réforme du stationnement veut faire disparaître ce choix

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Prune ou horodateur? La réforme du stationnement veut faire disparaître ce choix

Publié le 12/10/2017 à 13:52 - Mise à jour à 21:05
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Gare aux resquilleurs: les automobilistes qui rechignent à nourrir l'horodateur devront y réfléchir à deux fois en 2018 car les maires pourront fixer le montant des pénalités, selon une réforme qui veut aussi intensifier les contrôles.

"Pour ceux qui paient, il n'y a rien de changé", assure d'emblée Guy Le Bras, directeur général du Gart, qui regroupe les collectivités chargées des transports.

En revanche, les quelque 70% d'automobilistes qui préfèrent prendre le risque de "prendre une prune" vont sans doute devoir changer leurs habitudes à partir du 1er janvier 2018.

La loi sur les métropoles (loi MAPTAM) de 2014 permet désormais aux villes de fixer le tarif du stationnement mais aussi le montant du "forfait post-stationnement", qui remplace l'amende, le stationnement étant désormais dépénalisé.

Le taux de recouvrement des amendes en France ne dépassait pas 50%, la quasi-intégralité (94%) du montant recouvré servant à financer... le recouvrement. La recette annuelle du stationnement en voirie est d'environ 500 millions d'euros, et pourrait être doublée avec la réforme.

Hors Paris, dans les 93 communes qui ont déjà délibéré, le montant du forfait post stationnement s'échelonne de 15 à 35 euros, selon le Gart. La loi précise que ces recettes doivent être affectées aux transports en commun ou autres transports propres.

Les communes promettent des contrôles beaucoup plus fréquents avec, à la clé, une meilleure rotation des véhicules sur les places de parking, et moins d'embouteillages dans les centres-villes.

En effet, "dans les métropoles, 20% des véhicules en circulation cherchent une place de stationnement", détaillait Guy le Bras mercredi à Marseille, lors d'une table ronde organisée aux Rencontres nationales du transport public.

"A partir du moment où il va y avoir un vrai contrôle (...), inévitablement, on doit progressivement assister à un changement des comportements", estimait la première adjointe au maire de Chambéry, Josiane Beaud.

Cette commune en a profité pour retravailler son plan de circulation et l'ensemble des modes de transport. Pour relancer "le centre-ville (qui) périclite, (...) il faut compter un peu sur les voitures, (mais surtout) éviter les voitures-ventouse", qui monopolisent des places, explique Mme Beaud.

Dans une ville de cette taille, "il faut permettre à tout le monde de rentrer dans le centre-ville si besoin, (sans) chercher une place pendant des heures (...). Et s'ils veulent rester plus longtemps, ils prendront le bus", détaille cette élue.

- 800 communes -

"Quand il y a une rotation, c'est bénéfique pour les commerçants du centre-ville", a assuré Frédéric Baverez, directeur exécutif de Keolis.

Pour les 800 communes concernées, c'est l'occasion d'essayer de faire venir plus d'usagers aux transports en commun, ou à d'autres modes "propres", comme le vélo.

A Paris, il y a 150.000 places de stationnement en voirie mais 10% seulement des automobilistes paient pour se garer. Il y a un an, la mairie a décidé d'en externaliser la gestion, et le montant de l'amende forfaitaire a été fixé à 35 ou 50 euros selon les arrondissements - actuellement, c'est 17 euros.

"Quand vous serez obligés de payer car le niveau de contrôle sera beaucoup plus conséquent, vous ferez un calcul économique", commente Richard Dujardin, directeur général France de Transdev, qui a remporté un des trois lots, soit 45.000 places, via sa filiale Urbis Park.

Selon lui, de nombreux conducteurs se tourneront alors vers d'autres modes de transport, une "fluidification du trafic (qui) profite à tout le monde", y compris aux autobus, souvent pris dans les embouteillages ou coincés par des véhicules stationnés dans les voies de bus.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La loi sur les métropoles de 2014 permet aux villes de fixer elles-mêmes le tarif du stationnement et le montant des amendes

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-