SNCF: la grève "continue" pour "aller au bout" du processus parlementaire, dit la CFDT

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

SNCF: la grève "continue" pour "aller au bout" du processus parlementaire, dit la CFDT

Publié le 25/05/2018 à 13:44 - Mise à jour à 14:32
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

La grève à la SNCF contre le projet de loi de réforme ferroviaire "continue avec le calendrier fixé" car "nous avons besoin de la mobilisation pour aller jusqu'au bout" du processus parlementaire, a déclaré vendredi à Matignon le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

"Il y a une CMP (commission mixte paritaire, ndlr) annoncée mi-juin. Jusqu'à cette CMP, la mobilisation continue pour nous. On continue de jouer notre rôle d'organisation syndicale qui se mobilise et qui propose", a dit M. Berger, à la sortie d'un entretien avec le Premier ministre Edouard Philippe.

"Il y a encore l'examen au Sénat, il y aura ensuite la CMP, il y aura, nous le souhaitons, (une) réunion tripartite (sur la convention collective nationale du transport ferroviaire, ndlr). Dans ce cadre-là, nous allons continuer de peser pour que des amendements soient repris dans le texte de loi, peser pour que cette réunion tripartite ait lieu", a-t-il détaillé.

M. Berger a "pris note positivement" des annonces sur la reprise de 35 milliards d'euros de la dette de la SNCF et sur des investissements supplémentaires: "C'était nécessaire."

La CFDT "a juste alerté en disant que les gains de productivité qui allaient être demandés à l'entreprise pour ne pas s'endetter à nouveau ne pouvaient pas se faire sans un dialogue social plus performant qu'il ne l'est aujourd'hui à la SNCF, et sans discussion sur l'organisation du travail avec les organisations syndicales", a souligné M. Berger.

Concernant la convention collective nationale du transport ferroviaire, "nous avons demandé que l'Etat organise une réunion tripartite pour fixer les thèmes de la discussion qui aillent encore plus loin que le document remis hier (jeudi) par l'UTP" (l'organisation patronale du secteur), a-t-il précisé.

"En sortant (de cette réunion avec le Premier ministre), on se dit qu'on n'a pas travaillé pour rien, qu'on n'a pas porté l'ambition du ferroviaire pour rien, qu'on n'a pas porté l'ambition d'avoir un cadre social de haut niveau pour les cheminots pour rien", mais "la satisfaction, ce sera à la fin du marathon", a-t-il prévenu.

"Le gouvernement avait dit que c'était une réforme marathon car il y a tout un tas de sujets à tiroir. On est encore dans le marathon et quand on court un marathon, on ne s'arrête pas dans les dix derniers kilomètres, on continue de courir", a-t-il relevé.

La commission mixte paritaire est composée de 7 députés et 7 sénateurs, pouvant être réunie à l'initiative du Premier ministre. Elle peut être convoquée après une seule lecture dans chaque Assemblée, lorsqu'un désaccord est constaté à l'issue de la navette, dans le cadre d'une procédure accélérée.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétraire général de la CFDT Laurent Berger à Matignon, le 25 mai 2018

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-