Tanzanie: le gouvernement suspend le plus grand quotidien indépendant

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Tanzanie: le gouvernement suspend le plus grand quotidien indépendant

Publié le 28/02/2019 à 09:31 - Mise à jour à 10:58
© STRINGER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Nairobi
-A +A

Les autorités tanzaniennes ont suspendu pour une durée de sept jours la publication sur papier et sur internet du journal The Citizen, l'accusant d'avoir relayé de fausses informations sur la dévaluation du shilling tanzanien, a-t-on appris jeudi de source officielle.

The Citizen appartient au groupe Mwananchi Communications Ltd, considéré comme une référence dans le paysage médiatique tanzanien, de plus en plus confronté à diverses pressions de la part du gouvernement du président John Magufuli.

"Dans cet article, vous avez délibérément publié des informations fausses et trompeuses pour faire croire à l'opinion tanzanienne que le shilling tanzanien s'est déprécié par rapport aux trois dernières années", justifie l'organe chargé de l'enregistrement des médias, dans une lettre au groupe Mwananchi, datée de mercredi et consultée jeudi par l'AFP.

L'organe accuse le journal d'avoir ainsi violé "les règlements et les principes financiers selon lesquels la valeur de la monnaie tanzanienne est donnée par la Banque centrale".

Une loi sur les statistiques de 2017 interdit, sous peine d'amende ou de peine de prison, toute publication d'informations statistiques différentes des chiffres officiels.

Dans son article publié le 23 février, le journal invitait son lectorat à "surveiller de près la chute du shilling".

The Citizen assurait que, selon une enquête réalisée par ses soins auprès de bureaux de change et d'établissements bancaires, le dollar se vendait à 2.415 shillings contre 2.300 au cours officiel de la banque centrale.

A la suite d'un durcissement de la réglementation des opérations de change, le dollar américain devient de plus en plus rare en Tanzanie, une situation qui frappe de plein fouet la ville touristique d'Arusha (nord) où les bureaux de change sont fermés depuis la fin de l'année 2018.

Auteur(s): Par AFP - Nairobi

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un homme lit une édition du journal indépendant The Citizen, le 23 mars 2017 à Arusha

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-