Christiane Taubira appelle au dialogue pour régler la crise en Guyane

Christiane Taubira appelle au dialogue pour régler la crise en Guyane

Publié le 28/03/2017 à 08:24 - Mise à jour à 09:00
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira appelle au dialogue pour dénouer la crise qui paralyse la Guyane, "sinon le blocage va durer", dans des entretiens au Parisien et sur RTL de mardi.

"Il faut du dialogue, sinon le blocage va durer. C'est la responsabilité de tous, y compris des élus, malgré le climat de défiance", dit Mme Taubira, qui est une des personnalités du département. "Les élus locaux y sont trop peu impliqués, ils doivent s'en mêler", a-t-elle ajouté sur RTL.

Elle défend l'action du gouvernement qui, "incontestablement (...) a agi puisqu'il a augmenté les forces de police et de gendarmerie, ce qui est demandé explicitement".

"Mais il y a toute une série de sujets qui sont traités, soit au compte-gouttes, soit à doses homéopathiques depuis des années", nuance-t-elle.

"La question de la sécurité est liée aux loupés de l'éducation, de la formation professionnelle, au taux de chômage qui touche 50 à 60% de la jeunesse, à l'enclavement du territoire, à l'activité illégale en orpaillage et en pêche maritime", ajoute-t-elle.

"On ne peut jamais avoir le dernier mot contre la géographie", a-t-elle insisté.

Mme Taubira a justifié que la négociation soit d'abord traitée par la haute admnistration plutôt que par des ministres.

"Il faut que cette négociation survive à la fin de la législature. On peut tromper les gens, on peut leur faire une tournée de ministres qui ne seront plus là dans un mois", a-t-elle expliqué.

Elle a estimé que si le "collectif des 500 frères, un groupe qui manifeste cagoulés, veut participer aux discussions, "il n'est pas concevable qu'ils ne soient pas à visage découvert".

La première journée de "grève générale illimitée" a commencé lundi en Guyane. Une "journée morte" est prévue mardi. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a répondu à l'une des revendications des acteurs sociaux en annonçant la venue de ministres "avant la fin de semaine".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ex-ministre de la Justice Christiane Taubira, le 31 janvier 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-