Uber obtient de continuer à travailler à Londres, une victoire sous sursis

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Uber obtient de continuer à travailler à Londres, une victoire sous sursis

Publié le 26/06/2018 à 19:58 - Mise à jour à 20:04
© Ben FATHERS / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Ouerdya AIT ABDELMALEK - Londres (AFP)

-A +A

L'entreprise de réservation de voitures avec chauffeur Uber a obtenu mardi de pouvoir continuer à travailler à Londres, une victoire judiciaire sous sursis cependant puisque le comportement de la compagnie sera scruté de près au cours des prochains mois.

Le tribunal londonien de Westminster a décidé de prolonger la licence de Uber de 15 mois, au terme de deux jours d'audience pour examiner l'appel introduit par Uber contre une décision de l'autorité des transports de Londres (TfL) de la lui supprimer.

"J'accorde une licence pour une période de 15 mois", a déclaré la juge Emma Arbuthnot, estimant que la compagnie avait su répondre aux inquiétudes de TfL qui lui reprochait en particulier son laxisme dans la dénonciation de crimes et des failles dans les contrôles des casiers judiciaires de ses conducteurs.

L'entreprise avait en effet dévoilé en février des mesures visant à renforcer la sécurité de ses clients au Royaume-Uni ou ses procédures de contrôle de la vision de ses chauffeurs jusque-là effectué en ligne.

Lundi, l'avocat de Uber avait affirmé que la compagnie avait compris et "accepté" la décision de TfL, et assuré que cela l'avait conduit à opérer des "changements profonds".

Le directeur général d'Uber au Royaume-Uni, Tom Elvidge, s'est réjoui de la décision du tribunal mardi. "Nous nous félicitons de la décision rendue aujourd'hui. Nous continuerons à collaborer avec TfL pour répondre à ses inquiétudes et gagner sa confiance tout en fournissant le meilleur service possible à nos clients", a-t-il dit dans un communiqué.

- 'Entreprise douteuse' -

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a également salué le jugement, estimant que Uber, après "des années de mauvais comportements", avait fini par admettre que la décision de TfL de lui supprimer sa licence en septembre 2017 était "totalement justifiée".

Toutefois, M. Khan a aussi souligné que le groupe restait en "probation". "Leur licence de 15 mois est soumise à des conditions claires et strictes que TfL va surveiller attentivement", a-t-il dit dans son communiqué.

Dans les attendus de sa décision, la juge Arbuthnot a effectivement souligné que "la durée de la licence a été sujette à discussion". Selon elle, la période courte accordée "permettra à TfL de mettre à l'épreuve les nouveaux arrangements" pris par Uber.

Tout en estimant que le groupe était désormais "apte" à détenir une licence dans la capitale britannique, elle n'a pas manqué de critiquer le comportement "tout feu tout flamme" montré jusqu'ici par la compagnie, peu soucieuse des méthodes, du moment que son chiffre d'affaires croissait.

L'Association des chauffeurs de taxis londoniens (LTDA) a elle dénoncé une capitulation de la justice. "Comme c'était prévisible, la juge a été intimidée par la taille et l'intérêt mondial dans cette affaire ; tenir tête à une entreprise valant 70 milliards de dollars était tout simplement trop difficile pour elle!", a-t-elle réagi sur Twitter.

Son secrétaire général Steve McNamara a déclaré à l'AFP examiner les "options légales à sa disposition".

Le rassemblement de consommateurs SumOfUs a aussi dénoncé la décision en faveur d'Uber. "Uber reste une entreprise douteuse et n'aurait pas dû obtenir une licence tant que ses chauffeurs ne sont pas traités de manière juste", a-t-elle réagi dans un communiqué.

Uber a subi plusieurs revers au Royaume-Uni ces derniers mois, avec la perte de la licence à York (nord-est de l'Angleterre) et à Brighton (sud), même si comme à Londres la compagnie poursuit ses activités en attendant un appel.

Auteur(s): Par Ouerdya AIT ABDELMALEK - Londres (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'entreprise de réservation de voitures avec chauffeur Uber a obtenu le 26 juin 2018 de pouvoir continuer à travailler à Londres

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-