Whirlpool à Amiens, de la restructuration et à la reprise

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Whirlpool à Amiens, de la restructuration et à la reprise

Publié le 03/10/2017 à 07:44 - Mise à jour à 19:05
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Janvier 2017: Whirlpool annonce la fermeture de l'usine d'Amiens, une décision ressentie comme un coup de massue, mais qui a connu un dénouement positif avec une reprise du site par l'industriel Nicolas Decayeux, présentée mardi à Emmanuel Macron.

Lorsqu'elle annonce la fermeture, la direction explique que l'usine du groupe à Lodz, en Pologne, doit devenir "le point central" de sa nouvelle plateforme de production de sèche-linge pour la région Europe, Afrique et Moyen-Orient pour de "plus fortes économies d'échelle".

Le site d'Amiens emploie alors 300 CDI, 250 intérimaires en quasi-temps plein et une centaine chez le sous-traitant pour les plastiques Prima, dont Whirlpool est quasiment l'unique client.

Ils étaient encore environ 1.300 au début des années 2000, avant une succession de plans sociaux, notamment à cause d'une délocalisation en Slovaquie.

Cette annonce de fermeture était un nouveau coup dur pour Amiens, déjà éprouvée par la fermeture de Goodyear (2014). Certains syndicats critiquent alors "une délocalisation boursière", tandis qu'environ 150 salariés manifestent mi-avril à Paris.

La lutte des salariés, en grève du 24 avril au 5 mai, s'invite dans la campagne présidentielle avec une passe d'armes sur place entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen durant l'entre-deux-tours.

Fin mai, le site contacte "700 entreprises", a raconté mardi son directeur Carlos Ramos. Enfin six offres pour la reprise sont présentées aux syndicats en comité d'entreprise extraordinaire.

Finalement, c'est un industriel picard, Nicolas Decayeux, leader européen de la fabrication de boîtes aux lettres, à la tête d'un groupe de 650 salariés, qui est retenu mi-juillet par Whirlpool.

L'accord entre le groupe d'électroménager et l'industriel picard, qui porte en son nom propre un projet pour 277 salariés, est officiellement signé le 12 septembre.

La reprise prévoit la fabrication et la commercialisation de "casiers intelligents réfrigérés", destinés à la distribution alimentaire et au secteur médical, ainsi que la présence d'un "incubateur industriel" pour jeunes entreprises. La première entreprise, WN Full Time Service, devrait démarrer au premier semestre 2018, la seconde en 2018.

Whirlpool a accepté de verser au repreneur 45.000 euros par salarié repris, a indiqué à l'AFP le délégué CFDT Patrice Sinoquet, en marge d'une visite d'Emmanuel Macron sur le site mardi, un montant que le secrétaire d’État à l’Économie, Benjamin Griveaux, également présent, n'a pas confirmé.

Cela représenterait donc un chèque global de l'ordre de 12 millions d'euros.

L’État a décidé de verser une prime de 4 millions d'euros au repreneur au titre de l’aménagement du territoire, a annoncé le chef de l’État lors d'une point de presse. "Ces primes sont données au cas pas cas", a précisé M. Griveaux.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une banderole contre la fermeture de Whirlpool déployée devant l'usine d'Amiens, le 25 avril 2017

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-