A Biarritz, François Fillon accuse la gauche de vouloir le "tuer"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

A Biarritz, François Fillon accuse la gauche de vouloir le "tuer"

Publié le 24/03/2017 à 20:08 - Mise à jour à 21:15
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

François Fillon a accusé la gauche de vouloir "tuer Fillon", vendredi lors d’un meeting à Biarritz, après avoir accusé jeudi François Hollande d’être à la tête d’un "cabinet noir" orchestrant les affaires judiciaires contre lui.

"Je connais la logique du système médiatique qui marche aux rumeurs et aux scandales. Mais je vois aussi les manigances politiques: mardi, de façon quasi ordonnée, Hollande, Macron et le PS ont réclamé mon retrait et donc la disparition de la droite et du centre de l’élection présidentielle. La seule façon de sauver la gauche, c’est de tuer Fillon", a lancé le candidat des Républicains devant une assistance d’environ 2.000 personnes relativement atone.

La veille, sur France 2, M. Fillon avait évoqué l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, mis en cause dans une affaire de prêt et qui s’est suicidé en 1993.

M. Fillon avait également dénoncé un "scandale d’Etat", accusant François Hollande d’organiser à la tête d’un "cabinet noir" les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. Le chef de l’Etat a répliqué vendredi, jugeant le candidat de la droite "au delà, ou en deçà" de la "dignité" et de la "responsabilité" à observer pendant une élection présidentielle.

"Vous êtes ici parce que ce qui est en jeu, c’est le redressement de la France. C’est cette bataille que j’ai engagée avec vous, mais tout est fait pour réduire l’enjeu à ma personne. Jamais dans la Ve République on n’a vu un tel déchaînement contre un homme. Un tremblement de terre pourrait avoir lieu à Paris que cela continuerait", a poursuivi l’ancien Premier ministre vendredi à Biarritz.

Lors d'un discours d'une demi-heure, en présence de son père, le candidat de la droite s’est ensuite appliqué à dénoncer les projets de ses adversaires. "Le projet de M. Mélenchon, c’est 173 milliards de dépenses en plus. Le projet de Madame Le Pen, c’est 150 milliards de dépenses d’euros supplémentaires. Le projet de M. Hamon, c’est 71 milliards de dépenses supplémentaires", a-t-il énuméré.

Quant à Emmanuel Macron, il "est un peu partout et un peu nulle part: il veut réduire les déficits sans vraiment les réduire. Il veut des négociations sur les 35h sans toucher aux 35h. Il veut réformer l’ISF mais à moitié. Il veut rétablir le service national mais juste pour un mois. Il est pour le libéralisme et tout contre, pour le socialisme et tout contre. Tout cela me rappelle quelqu’un : François Hollande !".

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


François Fillon sur la plateau de "L'émission politique", sur France 2 le 23 mars 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-