S'il est élu, Philippe Poutou supprimerait le défilé du 14 Juillet

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

S'il est élu, Philippe Poutou supprimerait le défilé du 14 Juillet

Publié le 15/04/2017 à 21:56 - Mise à jour à 22:00
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle, a expliqué samedi soir sur TF1 que sa première mesure symbolique en tant que président serait de supprimer le défilé du 14 Juillet.

"On a réfléchi un peu avant (l'émission, ndlr) avec les camarades (...) et ce qu'on a décidé de dire c'est qu'on pouvait supprimer le défilé militaire du 14 Juillet", avec cette idée de "démilitariser la société", a déclaré M. Poutou.

La proposition avait été faite par la candidate écologiste Eva Joly en 2012 et avait déclenché une polémique. M. Poutou lui avait alors apporté son soutien.

Interrogé sur la présence de deux candidats trotskistes, Nathalie Arthaud (LO) et lui, parmi les candidats à la présidentielle, il a convenu que "c'est la question qui revient tout le temps, même nous, des fois, on est embarrassés avec ça".

"C'est vrai que ça paraîtrait logique qu'il y ait eu au moins une discussion pour voir si on pouvait faire ensemble ou pas... Cela fait 40 ans que c'est comme ca, et malheureusement il y a des habitudes qui sont là, des routines (...)", a-t-il ajouté.

"A un moment donné, le problème qui nous est posé, c'est de reconstruire réellement un mouvement social, et cela passera par des rapprochements avec Lutte Ouvrière mais même au-delà de cela avec le mouvement libertaire, les mouvements zadistes, et puis les camarades qui sont derrière Mélenchon aujourd'hui", a encore affirmé M. Poutou.

Le candidat du NPA a précisé qu'il bénéficiait d'une "suspension de son contrat de travail" de l'usine Ford où il est salarié pour les six semaines de campagne officielle.

Pense-t-il habiter à l'Elysée en cas d'élection ? Non, il préférerait y faire un "musée du pouvoir à l'ancienne".

M. Poutou est crédité de 1,5% des intentions de vote dans un sondage BVA-Salesforce publié vendredi.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le Nouveau parti anti-capitaliste (NPA), en meeting à Lille, le 14 avril 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-