Législatives: le PS n'investira pas de candidat face à Valls

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Législatives: le PS n'investira pas de candidat face à Valls

Publié le 16/05/2017 à 12:21 - Mise à jour à 18:30
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Le Parti socialiste n'investira pas Manuel Valls aux législatives, mais ne mettra pas non plus de candidat face à lui, a affirmé mardi à l'AFP Christophe Borgel, en charge des élections au PS.

L'ancien Premier ministre se présentera donc sans étiquette dans la première circonscription de l'Essonne. La semaine dernière, la République en marche avait fait savoir qu'elle n'accordait pas l'investiture à M. Valls, mais qu'elle ne lui opposerait pas de candidat.

Le PS précise dans un communiqué que sa commission électorale, qui s'est réunie lundi, a par ailleurs "arrêté que les candidats précédemment investis par le Parti socialiste qui ont dorénavant reçu l'investiture du mouvement la +République En Marche+, sont désormais désinvestis par le Parti socialiste".

En Marche! a investi 18 députés sortants PS, dont une dizaine avait l'investiture du parti, selon le secrétaire national Carlos Da Silva, chargé du développement des fédérations et adhésions, et proche de Manuel Valls.

"Ces candidats verront se présenter face à eux des candidats soutenus par le Parti socialiste, à l'exception de quelques circonscriptions dans lesquelles cela entraînerait presque assurément une victoire du Front national", poursuit le PS.

Le PS n'investira par exemple pas de candidat face à Frédéric Barbier (4e circonscription du Doubs), Brigitte Bourguignon (6e circonscription du Pas-de-Calais) et Françoise Dumas (1ère circonscription du Gard), selon M. Da Silva.

M. Borgel a regretté qu'En Marche! n'ait pas saisi la main tendue du PS pour limiter le nombre de candidatures dans certaines circonscriptions où le FN a obtenu des scores très élevés à la présidentielle.

"Il y a beaucoup d'endroits où ils prennent le risque de faire élire le Front national! C'est vrai du Pas-de-Calais, du Gard, des Pyrénées-orientales, du Nord (...) On passe un peu vite sur le fait que le combat contre le FN ça valait pour le second tour de la présidentielle, mais qu'aux législatives on laisse élire des députés Front national", a-t-il grincé.

Le député de Haute-Garonne (9e circonscription) s'est dit prêt à demander à certains candidats PS de se retirer, tout en jugeant que dans certaines circonscriptions les candidats PS étaient mieux à même de battre le FN que ceux d'En Marche!.

Interrogé sur le cas de Malek Boutih, qui avait fait savoir la semaine dernière qu'il avait demandé l'investiture En Marche!, sans l'obtenir, M. Da Silva a indiqué qu'il pourrait conserver son investiture PS, dans la 10e circonscription de l'Essonne.

Cette décision a indigné la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienneman, située à l'aile gauche du PS. "Le PS n'a pas vocation à être le bagage accompagné d'En Marche!", écrit-elle dans un communiqué cosigné par Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, candidat aux législatives dans l'Essonne.

"Pour les socialistes qui se disent de la majorité présidentielle, on demande qu'il y ait en face un candidat PS, comme pour ceux qui ont l'investiture En Marche!", a-t-elle précisé à l'AFP.

Selon Mme Lienneman, de nombreux socialistes se revendiquent sur leur matériel de campagne de la "majorité présidentielle", photo d'Emmanuel Macron à l'appui. "On ne peut pas être dans la confusion (...) Sur le terrain, il y a plein de socialistes qui disent +ça suffit+", a-t-elle mis en garde.

Le PS a approuvé la semaine dernière une ligne d'"autonomie constructive" pour les législatives.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ex-Premier ministre français Manuel Valls à Paris, le 5 mai 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-