NKM victime d'une agression "violente", raconte un photographe AFP témoin des faits

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

NKM victime d'une agression "violente", raconte un photographe AFP témoin des faits

Publié le 15/06/2017 à 14:52 - Mise à jour le 16/06/2017 à 12:00
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

"J'ai eu peur" pour NKM: la journaliste politique Nadège Puljak et le photographe Geoffroy Van der Hasselt, qui couvraient jeudi pour l'Agence France-Presse un tractage de Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris, décrivent l'agression de l'ex-ministre par un passant, qui a été suivie d'une perte de connaissance de la candidate LR aux législatives.

"Ça arrive assez fréquemment que des passants, des militants s'en prennent à un candidat, de manière verbale, mais de manière aussi physique, aussi violente, moi, je n'avais jamais assisté à ça", a rapporté le photographe pigiste.

"Ça faisait environ une demi-heure que NKM tractait sur le marché Maubert, sur la place du même nom dans le Ve arrondissement et ça se passait très bien", décrit-il.

"Je me tenais à une petite dizaine de mètres lorsque j'ai vu un passant, un homme d'une cinquantaine d'années qui manifestement avait l'air assez énervé."

"Un moment donné, NKM a pris les tracts qu'elle avait en main et elle les a montrés au niveau de son visage (...) Lui les saisit, il prend les tracts de la main de NKM et fait un revers de la main avec les tracts vers le visage de Nathalie Kosciusko-Morizet", poursuit le photographe.

"Elle, à ce moment-là, met sa main devant son visage pour se protéger et les tracts heurtant sa main de manière assez violente, elle reçoit sa propre main dans sa figure", dit-il.

"Suite à quoi, elle fait un pas ou deux en arrière et elle s'effondre. Et l'agresseur a bien vu qu'elle était tombée par terre (...) et il s'en va sans courir, en marchant", raconte encore le photojournaliste.

Nadège Puljak, journaliste du service politique de l'AFP, qui était juste à côté de la candidate LR, n'a pas vu le début de la scène, mais a en revanche entendu les propos de l'agresseur et dit avoir eu "peur" pour Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Moi, j'avais le dos tourné, je parlais à une autre personne, quand tout à coup j'entends du brouhaha, quelqu'un la traite de +bobo de merde+", dit-elle.

"Je me retourne et je vois un grand mec costaud qui avait une liasse de tracts, qui va pour la frapper. Elle se met la main sur le visage et elle tombe. Je pensais qu'elle avait glissé, donc je me précipite pour la retenir et là, elle m'a littéralement glissé des mains et elle est tombée par terre, inconsciente."

"J'ai eu très peur. Elle était livide, elle ne bougeait plus. J'ai essayé d’appeler les secours... Les pompiers sont venus. Peu à peu, elle a repris connaissance, ils l'ont aidée à se relever..." ajoute-t-elle. Cette journaliste politique chevronnée dit aussi n'avoir "jamais assisté" à une scène pareille.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un passant prend des prospctus des mains de NKM en campagne dans le 5e arrondissement le 15 juin 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-