Présidentielle: le vote pour le second tour a débuté en Outremer

Présidentielle: le vote pour le second tour a débuté en Outremer

Publié le 06/05/2017 à 12:00 - Mise à jour le 07/05/2017 à 07:45
© Joël SAGET, Eric Feferberg / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Emmanuel Macron ou Marine Le Pen? Au terme d'une campagne inédite et électrique, les Français choisissent dimanche le huitième président de la Ve République, entre un novice en politique à l'ascension inattendue et une candidate d'extrême droite.

Après l'Outre-mer et les Français de l'étranger samedi, c'est au tour des électeurs de la métropole de voter, à partir de 08H00 ce dimanche, dans les 66.546 bureaux répartis sur le territoire.

Le vote, en période d'état d'urgence, est aussi entouré d'une sécurité renforcée avec plus de 50.000 policiers et gendarmes engagés aux côtés des militaires de l'opération Sentinelle et des polices municipales.

Un des enjeux de cette élection cruciale, nichée au coeur d'un week-end de trois jours, sera la participation, peut-être moins importante qu'au 1er tour (78,69%). Une situation rare dans l'histoire de la Ve République où traditionnellement les Français se déplacent davantage au second tour de la présidentielle qu'au premier.

Toutes les dernières enquêtes donnaient le candidat d'En Marche! largement vainqueur devant la dirigeante du Front national.

Pour la deuxième fois en quinze ans, le représentant du parti d'extrême droite s'est qualifié au second tour mais sans provoquer les mêmes rassemblements populaires de protestation. Après avoir engrangé de plus en plus de voix aux élections intermédiaires, Mme Le Pen que les sondages annonçaient au deuxième tour depuis 2013, a gagné son pari en réunissant 21,30% des suffrages le 23 avril.

Face à elle, beaucoup plus inattendu, Emmanuel Macron, ancien ministre de François Hollande après l'avoir conseillé à l'Elysée, pourrait devenir, à 39 ans, le plus jeune président français. Quasi inconnu il y a trois ans, il a en quelques mois développé une stratégie payante de "ni droite ni gauche" et obtenu 24,01% des voix, aidé par de multiples ralliements à gauche comme à droite.

- Sortants balayés -

La candidate du FN votera dans son fief de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) à 11H00 et M. Macron au Touquet à 10H30 avant de rejoindre son quartier général à Paris. S'il l'emporte, la fête se tiendra dans la cour du Louvre.

De surprise en surprise, cette campagne présidentielle n'a ressemblé à aucune autre. A commencer par l'absence du sortant, François Hollande, qui après avoir tous les records d'impopularité pendant son quinquennat, a renoncé à briguer un second mandat. Mais aussi l'ancien président Nicolas Sarkozy, sèchement éliminé lors de primaires de la droite, ou les deux anciens Premier ministre Alain Juppé (LR) et Manuel Valls (PS), à qui respectivement François Fillon et Benoît Hamon ont été préférés.

Mais au premier tour, ces deux représentants des partis au pouvoir depuis le début de la Ve République ont eux aussi été balayés par les électeurs. Soupçonné entre autres d'avoir fourni à sa femme pendant des années un emploi rémunéré mais fictif, François Fillon (20,01%) a vu sa campagne ruinée par les affaires. De son côté, Benoît Hamon (6,36%), chantre du revenu universel et allié avec les écologistes, a été nettement distancé par Jean-Luc Mélenchon (19,58%), parti, comme M. Macron "hors parti".

- Fuites -

Particulièrement tendue, la campagne de l'entre-deux tours a connu son apothéose dans un débat télévisé, virulent et confus, mercredi entre les deux candidats.

Derniers soubresauts, à quelques instants de la clôture de la campagne officielle, plusieurs gigas de documents internes (mails, documents comptables...) de l'équipe de M. Macron ont été piratés et publiés sur les réseaux sociaux vendredi soir, fuite abondamment relayée par l'extrême droite sur Twitter. Ce piratage ne sera pas laissé "sans réponse", a promis samedi François Hollande.

Parallèlement, le Front national a dénoncé des envois présumés de bulletins de vote Marine Le Pen déchirés dans plusieurs départements. Dans les deux affaires, la commission du contrôle électoral a été saisie.

Le vainqueur a déjà été invité par M. Hollande à participer à son côté aux cérémonies du 8 mai, commémorant la capitulation allemande en 1945. Suivra une semaine de tractations pour désigner un(e) Premier ministre et former un gouvernement, annoncé après l'investiture du nouvel élu qui pourrait avoir lieu dimanche 14 mai.

Le ou la futur(e) président(e) devra surtout concentrer ses efforts à l'élection d'une majorité présidentielle, aux contours encore très incertains pour les deux prétendants , lors des législatives des 11 et 18 juin.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Montage de portraits de Emmanuel Macron et Marine Le Pen réalisé le 23 avril 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-