Accusé de viol, Gilbert Collard promet de "faire payer" pour la "salissure" subie

Accusé de viol, Gilbert Collard promet de "faire payer" pour la "salissure" subie

Publié le 15/06/2018 à 10:38 - Mise à jour à 11:58
© GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le député RN (ex-FN) du Gard Gilbert Collard, qui est l'objet d'une enquête pour viol à la suite d'une plainte déposée mardi, a promis vendredi de "faire payer" pour la "salissure" subie.

"Je peux vous garantir que j'y passerai le temps qu'il faudra mais je le ferai payer, parce que vraiment être à ce point sali...", a déclaré sur CNews l'élu et avocat, sans donner plus de précisions, trouvant "ahurissant qu'une chaîne se permette de diffuser un témoignage sans avoir le nom".

Selon BFMTV, la plaignante, une cliente de Me Collard, affirme avoir subi deux viols en 2006 et 2007 au cabinet de l'avocat.

L'avocat de 70 ans a affirmé privilégier "l'hypothèse (d'une) pathologie exploitée", évoquant certaines clientes "perturbées".

"J'ai eu dans ma clientèle des épisodes fantasmatiques colossaux. J'ai même été à un moment donné victime d'une érotomane qui a terminé chez le psychiatre", a-t-il raconté, ajoutant qu'une autre cliente l'avait "vu sortir du poste de télévision pour l'agresser".

Le député a redit avoir eu connaissance de la plainte par la chaîne BFMTV, qui l'a révélée jeudi, et avoir immédiatement appelé ses filles, âgées de 23 et 32 ans.

"Je leur ai dit, les petites, (...) voilà ça va me tomber sur le coin de la gueule. De toute façon vous savez très bien que votre mère travaillait au cabinet avec moi, qu'elle arrivait le matin et qu'elle repartait le soir. Et que même si papa était un grand méchant, avec maman dans le bureau, il se serait tenu tranquille. Elles ont rigolé", a-t-il déclaré.

"La configuration de mon cabinet rend inconcevable l'accusation. J'avais dans ce cabinet 10 collaborateurs, 6 secrétaires et ma femme. Mon bureau est à 2,5 mètres du bureau de la secrétaire et à 3,4 mètres du bureau de mon épouse" et à 18 heures, heure à laquelle les faits présumés se seraient produits selon le témoignage anonyme d'une femme diffusé par BFMTV, "le cabinet n'est pas fermé", a ajouté Gilbert Collard.

"Il suffit que quelqu'un dépose une plainte contre n'importe lequel d'entre nous pour que, immédiatement, sans enquête, sans vérification, sans contradiction, on soit sali", et "la salissure elle est là", a-t-il déploré.

L'élu a reçu le soutien vendredi de Julien Sanchez, porte-parole du Rassemblement national, et du vice-président du groupe RN en région Provence Alpes-Côte d'Azur, Franck Allisio, au nom de "la présomption d'innocence".

"Franchement t'aurais fait fort! Avec Anne-Marie (femme de M. Collard, NDLR) présente dans les locaux ! Alors là ! Tu mérites une médaille !", a tweeté Huguette Fatna, membre du bureau national du RN.

L'ancien président de la Licra, l'avocat Alain Jakubowicz, ne "partage pas" les orientations de M. Collard "mais la façon dont son nom est jeté en pâture par BFM sur le fondement d'un simple dépôt de plainte est infâme et hélas révélatrice de l'air du temps", a-t-il estimé sur Twitter.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Gilbert Collard en octobre 2017

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-