Adolescent tué à Bondy: deux personnes en garde à vue

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Adolescent tué à Bondy: deux personnes en garde à vue

Publié le 27/02/2021 à 10:25 - Mise à jour à 12:24
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Bobigny
-A +A

Deux personnes, âgées de 19 et 27 ans, se sont présentées d'elles-mêmes à la police et ont été placées en garde à vue samedi à Bobigny, au lendemain du meurtre d'un garçon de 15 ans à Bondy (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris auprès du parquet.

"Les deux auteurs présumés se sont présentés et viennent d'être placés en garde à vue", a précisé le parquet de Bobigny.

L'homicide a eu lieu vendredi vers 17H00 dans la ville de Bondy, dans la banlieue nord-est de Paris. L'adolescent se trouvait à l'intérieur d'une maison de quartier quand un tireur qui était dans la rue l'a atteint, avait-on appris vendredi auprès du parquet.

Selon une source policière, deux hommes étaient arrivés à scooter, l'un avait mis pied à terre et avait tiré sur l'adolescent. Puis les deux personnes avaient pris la fuite.

Le garçon, touché par balle à la poitrine selon la même source policière, a succombé à ses blessures.

D'après différents témoignages recueillis dans le quartier du mineur, "une dispute" entre la victime et un jeune homme se serait produite avant le drame.

Le parquet de Bobigny a confié l'enquête à la police judiciaire du département.

La région parisienne avait déjà été marquée en début de semaine par la mort de deux adolescents de 14 ans dans un autre département, l'Essonne: une fille et un garçon avaient été poignardés lors de rixes différentes entre jeunes de bandes rivales.

Dans un communiqué posté sur Twitter, le maire de Bondy Stephen Hervé (LR), a évoqué "un drame atroce", survenu dans le bâtiment municipal servant de centre de loisirs, et salué "l'exemplarité des animateurs qui ont fait leur maximum pour protéger les jeunes qui fréquentent la structure".

L'édile a lancé un "appel général au calme et à la raison", tout en jugeant indispensable "une présence renforcée" des forces de police pendant plusieurs semaines dans sa ville.

Il a annoncé qu'une cellule de soutien avait été mise en place "pour les témoins et l'entourage de la victime, profondément choqués".

Le garçon tué, prénommé Aymen, était réputé assidu au cours de boxe, avant les restrictions sanitaires. Dans un message posté sur Facebook, son entraîneur au club de Bondy, Christophe Hamza, l'a décrit comme "un bon garçon, volontaire et téméraire".

Le coach s'est dit "consterné", "abattu", "en colère" car la vie de l'adolescent "s'est arrêtée un vendredi, à l'heure à laquelle il était censé s'entraîner à la boxe". Il a rappelé qu'en période de pandémie, les "clubs sont fermés depuis des mois" et les "enfants tournent en rond".

Auteur(s): Par AFP - Bobigny

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux personnes, âgées de 19 et 27 ans, se sont présentées d'elles-mêmes à la police et ont été placées en garde à vue samedi à Bobigny, au lendemain du meurtre d'un garçon de 15 an

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-