Adolescente bosniaque tondue en France: sa famille n'a "rien à faire sur le sol national", selon Darmanin

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Adolescente bosniaque tondue en France: sa famille n'a "rien à faire sur le sol national", selon Darmanin

Publié le 23/08/2020 à 18:49 - Mise à jour à 18:52
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Strasbourg
-A +A

Les parents, l'oncle et la tante d'une adolescente musulmane bosniaque qui l'ont violemment frappée et tondue à Besançon, dans l'est de la France, parce qu'elle fréquentait un chrétien d'origine serbe "seront reconduits à la frontière car ils n'ont rien à faire sur le sol national", a assuré dimanche le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

"Dès la fin de la procédure judiciaire, ils seront reconduits à la frontière car ils n'ont rien à faire sur le sol national", a tweeté M. Darmanin.

Les parents la jeune fille, âgée de 17 ans, son oncle et sa tante ont été placés jeudi dernier sous contrôle judiciaire en attendant leur procès à l'automne à Besançon pour "violences sur mineur en présence de mineurs et en réunion".

Ils avaient été interpellés lundi par la police, alertée par le petit ami de l'adolescente, après l'avoir rouée de coups et avoir tondu ses cheveux.

Ses parents, arrivés de Bosnie-Herzégovine en 2017, n'acceptaient pas qu'elle veuille se marier avec son petit ami, qui habite dans le même immeuble à Besançon.

Après avoir été définitivement déboutés du droit d'asile en décembre 2019, les parents de l'adolescente faisaient l'objet d'une obligation de quitter le territoire français, avait déclaré le secrétaire général de la préfecture du Doubs, Jean-Philippe Setbon.

Parents de cinq enfants, ils avaient alors demandé à bénéficier d'une aide au retour volontaire, mais la procédure s'était arrêtée avec l'épidémie causée par le coronavirus et la fermeture des frontières de la Bosnie-Herzégovine.

"Il va falloir attendre le jugement pour négocier un éloignement", avait ajouté M. Setbon, précisant que la jeune fille, sous protection judiciaire dans une structure adaptée, ne serait pas concernée par cette mesure.

L'oncle et la tante, arrivés en France en 2016, bénéficient d'un statut de réfugiés qui pourrait leur être retiré "vu leur implication, en fonction du jugement", avait prévenu M. Setbon.

Lundi dernier, après une fugue de quatre jours, les deux adolescents s'étaient rendus au domicile familial de la jeune fille accompagnés des parents du garçon. Mais la situation avait rapidement dégénéré.

Selon les déclarations de la victime, qui a notamment une côte cassée et de nombreux hématomes, c'est son oncle, à la demande de son père, qui lui a passé la tondeuse dans ses longs cheveux.

Auteur(s): Par AFP - Strasbourg

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le 12 août 2020 au Mans

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-