Affaire Benalla: Collomb estime que ce n'était pas à lui de saisir la justice

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Affaire Benalla: Collomb estime que ce n'était pas à lui de saisir la justice

Publié le 23/07/2018 à 10:20 - Mise à jour à 11:08
© GERARD JULIEN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Gérard Collomb a indiqué lundi avoir été informé le lendemain des faits de l'existence de la vidéo sur laquelle on voit Alexandre Benalla frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris, et a estimé que ce n'était pas à lui de saisir la justice.

"Ce n'est qu'en rentrant en début d'après-midi (le 2 mai) que, lors de l'un de nos points de situation quotidiens, mon directeur de cabinet et mon chef de cabinet m'informent de l'existence d'une vidéo montrant des faits de violence sur la Place de la Contrescarpe", a affirmé le ministre de l'Intérieur, entendu par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, dotée de prérogatives d'enquête sur l'affaire Benalla.

Mais, a-t-il estimé, ce n'était pas à lui de saisir la justice de ces faits. "Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. (...) Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement au titre de l'article 40 de le faire".

Cet article du code de procédure pénale impose à tout fonctionnaire de signaler un délit au procureur quand il en a connaissance.

"Je m'étais assuré le 2 mai que, tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police, avaient été destinataires de l'information de la vidéo mettant en cause M. Benalla. Il leur appartenait donc d'agir. C'est la règle pour tous les manquements", a-t-il continué.

Les vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du chef de l'Etat, en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris alors qu'il accompagnait les forces de l'ordre en tant qu'"observateur" (mais avec brassard et casque de policier), ne cessent d'avoir des répercussions politiques, allant jusqu'à paralyser l'Assemblée.

Devant la commission des Lois, M. Collomb a aussi déclaré qu'il ignorait qu'Alexandre Benalla était conseiller à l'Elysée, et qu'il n'avait pas été prévenu de la présence, lors de la manifestation du 1er mai, de deux observateurs avec les policiers.

Alexandre Benalla, conseiller de 26 ans - dont le licenciement a été annoncé vendredi -, l'employé de LREM Vincent Crase, avec lui en cette Fête du travail, et trois hauts gradés de la police soupçonnés d'avoir transmis à M. Benalla des images de vidéo-surveillance de l'incident ont été mis en examen dimanche soir: les deux premiers notamment pour "violences en réunion" et les trois policiers notamment pour "violation du secret professionnel".

Dimanche soir, l'entourage d'Emmanuel Macron, resté silencieux depuis le début de la crise, a fait savoir que le chef de l'Etat jugeait "inacceptables" les faits reprochés à M. Benalla tout en promettant qu'il n'y aurait "pas d'impunité".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avant son audition par la commission des lois de l'Assemblée nationale le 23 juillet 2018 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-