Affaire Théo: neuf lycéens en garde à vue après des échauffourées

Affaire Théo: neuf lycéens en garde à vue après des échauffourées

Publié le 22/02/2017 à 23:00 - Mise à jour le 23/02/2017 à 08:50
©François Guillot/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Neuf lycéens ont été placés en garde à vue mercredi après des incidents survenus lors d'un rassemblement contre les violences policières devant un lycée de Clichy (Hauts-de-Seine), à l'ouest de Paris, a-t-on appris de source policière.

En début de matinée, des lycéens ont d'abord tenté de bloquer l'accès au lycée professionnel René-Auffray de Clichy, notamment pour dénoncer les violences policières et soutenir le jeune Théo, victime d'un viol présumé à la matraque lors d'une interpellation début février.

Entre 08H00 et midi, "une petite centaine" de lycéens "au plus fort" du rassemblement se sont ensuite regroupés aux abords de l'établissement, selon un porte-parole de la police des Hauts-de-Seine, et des échauffourées ont éclaté en marge.

Deux voitures ont été incendiées, un scooter a brûlé par propagation et la vitrine d'un fleuriste a été brisée, a-t-on ajouté.

Les neuf jeunes placés en garde à vue, pour la plupart scolarisés dans cet établissement, sont soupçonnés de "jets de projectiles et incendies".

L'un d'eux est soupçonné d'avoir déjà participé à un face à face tendu avec la police au même endroit mardi matin.

Par ailleurs, un autre jeune a été interpellé mercredi à Nanterre, soupçonné d'avoir incendié des matelas jetés aux encombrants en marge d'un autre rassemblement contre les violences policières devant la préfecture.

L'interpellation brutale de Théo, Noir de 22 ans à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), avait débouché sur la mise en examen de quatre policiers, dont l'un pour viol. L'affaire a suscité de nombreuses manifestations et déclenché plusieurs nuits de violences en banlieue parisienne.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les tensions entre les jeunes soutenant Théo et les policiers restent vives en région parisienne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-