Age du consentement sexuel: des associations "indignées" de son abandon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Age du consentement sexuel: des associations "indignées" de son abandon

Publié le 02/08/2018 à 18:05 - Mise à jour à 18:18
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Des associations de protection de l’enfance ont exprimé leur "indignation" jeudi, après l'adoption du projet de loi contre les violences sexuelles, en jugeant notamment que le gouvernement a "trahi une promesse" en renonçant à fixer un âge minimal du consentement sexuel.

"Ce devait être la mesure phare du projet de loi : l’instauration d'un âge en-dessous duquel les enfants seraient automatiquement considérés comme ne pouvant consentir à des rapports sexuels avec des majeurs", écrivent dans un communiqué les associations Coup de pouce, Agir contre la prostitution des enfants et le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant. Toute pénétration sur un enfant aurait été automatiquement considérée comme un viol.

"Les débats ont d'abord porté sur le seuil d'âge adéquat (13 ou 15 ans), mais la plus grande polémique vient du fait que le gouvernement a finalement décidé d'abandonner ce principe", déplorent-elles.

Jacky Coulon, de l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), comprend la déception des associations, mais pour lui, il y a eu "un problème de communication du gouvernement": il "a fait croire qu'il était possible de créer une présomption de culpabilité alors que ça ne l'est pas, constitutionnellement".

"Le droit pénal repose sur la présomption d'innocence, un principe qui date de la déclaration des droits de l'Homme", a-t-il expliqué à l'AFP. "Si cette présomption de culpabilité avait été retenue dans la loi, cela aurait été jugé inconstitutionnel par le Conseil constitutionnel", selon ce magistrat.

La peine encourue pour un viol sur un mineur de moins de 15 ans est de 20 ans de réclusion, souligne-t-il.

Le texte adopté mercredi soir a pour objectif de renforcer la répression des viols et abus sexuels commis sur les mineurs, après deux affaires où des fillettes de 11 ans avaient été considérées par la justice comme consentantes à des relations sexuelles avec des hommes majeurs.

"Le texte final fait référence de façon confuse à +l'abus de vulnérabilité+ et au manque de +discernement+ de la victime. (...) Ce sera toujours à l'enfant de prouver qu’il n'a pas consenti à l'acte sexuel avec un adulte", dénoncent les associations.

Le texte porte par ailleurs de 20 à 30 ans la prescription des crimes sexuels commis sur des mineurs à compter de la majorité de la victime, ce qui lui permet de porter plainte jusqu'à ses 48 ans.

"Malheureusement, les politiques (...) ont omis d'inclure dans leur réforme les agressions sexuelles. Par conséquent, celles-ci resteront prescrites à 20 ans après la majorité", critiquent également les associations.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le projet de loi contre les violences sexuelles ne fixe aucun âge minimal du consentement sexuel.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-