Alerte enlèvement pour le petit Vicente, 5 ans et demi: plus de 300 témoignages recueillis

Alerte enlèvement pour le petit Vicente, 5 ans et demi: plus de 300 témoignages recueillis

Publié le 30/03/2017 à 11:30 - Mise à jour le 31/03/2017 à 02:45
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'enquête se poursuivait jeudi soir pour retrouver Vicente, cinq ans et demi, enlevé mercredi à Clermont-Ferrand par son père, un détenu en fuite, mais le dispositif d'alerte enlèvement a été levé par la justice.

"Par son ampleur, cet acte d'enquête exceptionnel a permis le recueil de très nombreuses informations qui vont permettre à l'enquête judiciaire de se poursuivre et de s'intensifier dans le cadre de la flagrance. Il a donc été mis fin au dispositif à compter de ce jour 18H30", a déclaré le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud, dans un communiqué.

L'enquête devrait notamment cibler "le grand quart sud-ouest de la France", où le père "a de grandes attaches familiales", a précisé également M. Maillaud à l'AFP, sans donner plus de détails.

Le père de l'enfant, Jason Lopez, est un détenu en fuite, faisant partie d'un médiatique clan de gens du voyage, connu pour ses provocations et vidéos sur internet, tout en muscles et en insultes.

Mercredi, vers 14H00, le ravisseur a fait irruption "à toute vitesse" en voiture dans le camp où vivent son ex-compagne et ses deux enfants, situé dans le quartier du Brézet à Clermont-Ferrand, sur le parking d'une entreprise désaffectée.

"Il s'est garé devant la caravane, le petit venait juste de sortir et était en train de pisser. Il l'a chopé par le bras et il l'a mis dans la voiture. Il disait : +Bougez pas, bougez pas. Appelez pas les gendarmes+. Je me suis approchée quand même de lui, il m'a mis un coup dans le visage avec l'arme à la main", a déclaré dans la matinée la mère de Vicente, Dolorès Lopes (bien Lopes) aux journalistes.

"Le petit pleurait tellement, il était tellement terrorisé. Il se demandait ce qu'il lui arrivait", a détaillé la mère devant la caméra de M6.

L'enlèvement de Vicente survient dans un contexte de "conflit parental très violent" et qui dure depuis longtemps, concernant la garde des deux enfants du couple", selon le parquet.

- L'alerte, 'pas une baguette magique' -

Condamné à de multiples reprises par la justice, le père kidnappeur est considéré comme "un homme violent" par les enquêteurs. Il avait déjà fait parler de lui en s'échappant à deux reprises de détention.

Puis, moins d'un mois après sa dernière évasion, le fugitif s'était fait tirer dessus à Saint-Yorre (Allier), tirs pour lesquels son ex-beau-père et ses trois fils ont été mis en examen pour "tentative d'assassinat" et placés en détention, à l'exception du plus jeune des enfants, mineur.

Au total, plus de 800 témoignages ont été recueillis par la police judiciaire, via le numéro d'appel 197. Mais "en fin de journée, ceux-ci semblaient de moins en moins utiles aux enquêteurs", a précisé le procureur.

"On ne peut pas dire que ce soit un échec. Le dispositif alerte enlèvement n'est pas une baguette magique, ce n'est qu'un appel à témoins renforcé. Réussir à chaque fois n'est pas possible statistiquement", souligne encore Eric Maillaud, précisant qu'il est toujours possible d'appeler le 17 pour apporter de nouveaux témoignages.

En 2009, la jeune Elise avait été enlevée à Arles (Bouches-du-Rhône) par sa mère et deux hommes qui l'accompagnaient, originaires de Russie. Elle avait été retrouvée trois semaines plus tard en Hongrie, après que l'alerte enlèvement ait été levée.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Mercredi en début d'après-midi, le père a fait irruption dans le camp où vivent son ex-compagne et ses deux enfants, situé dans la périphérie est de la ville.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-