"Angela, tu as aimé Lehman? Tu vas adorer la Grèce", raconte Sarkozy

"Angela, tu as aimé Lehman? Tu vas adorer la Grèce", raconte Sarkozy

Publié le 04/07/2017 à 13:20 - Mise à jour à 13:25
© ODD ANDERSEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

"Angela, tu as aimé Lehman ? Tu vas adorer la Grèce" : Nicolas Sarkozy revient mardi dans un entretien publié par Le Monde sur la crise financière de 2008, passant notamment au crible ses relations avec la chancelière allemande pendant son quinquennat.

"On peut me reprocher beaucoup de choses mais pas de ne pas avoir anticipé la crise", affirme l'ancien chef de l'Etat, qui explique qu'il a écrit à Angela Merkel dès août 2007 pour mettre à l'ordre du jour du G8 les problèmes financiers, intrigué qu'il était par "la fermeture provisoire de trois fonds de BNP Paribas".

"Un an avant Lehman, j'étais convaincu que l'excès de titrisation allait nous exploser à la figure", poursuit-il.

En 2008, "j’ai été réveillé à 2 heures ou 3 heures du matin. Les marchés vont rouvrir en Asie, m’a-t-on expliqué, et nous avons un problème gigantesque avec Dexia", raconte-il encore.

"Il faut prendre une décision de sauvetage qui porte sur 6,4 milliards d’euros. Je me lève aussitôt. J’arrive au salon vert. Il y a là Xavier Musca, mon équipe économique et Christine Lagarde (alors ministre de l’Economie), à laquelle je souhaite rendre un hommage particulier pour sa lucidité et son courage", ajoute-t-il.

"Je comprends pourquoi nous n’avons pas d’autre choix que de sauver Dexia", explique-t-il.

"Une autre fois, en 2009, les patrons de Renault et de PSA sont venus me voir à l’Elysée : faute de crédits bancaires, ils ne pouvaient plus payer les salaires à deux mois. J’ai décidé que l’Etat leur prêterait 3 milliards d’euros à 7 %, ce qui les a sauvés", relate-t-il.

Il raconte également qu'en avril 2009 lors d'un deuxième sommet du G20, alors que la Chine "bloquait" sur la publication d'une liste des paradis fiscaux, "nous nous sommes mis dans un coin, Hu Jintao, le président chinois d'alors, Barack Obama et moi".

"Le président américain m'a demandé de ne pas insister. J'ai réitéré ma position. Hu Jintao a fini par accepter", raconte-t-il.

Il réitère les critiques qu'il avait formulées à l'époque contre Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE.

"Avec la chancelière, la vie commune a d'abord été complexe. Angela Merkel est fondamentalement prudente : elle se méfie de l'idée nouvelle et de l'action anticipée", explique-t-il.

"C’est une remarquable dirigeante, mais elle a tendance à attendre la dernière seconde de la dernière minute", dit-il, expliquant l'"apprécier beaucoup".

"Lors de la crise grecque, par exemple, l’Allemagne ne voulait pas de plan d'aide. +Tu as aimé Lehman ? tu vas adorer la Grèce+, ai-je dit à la chancelière pour tenter de la convaincre que plus nous attendions pour aider Athènes, plus cela serait coûteux", raconte-t-il.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ex-président français Nicolas Sarkozy à Berlin, le 12 juin 2015.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-