Après un faux départ, le procès en appel de Georges Tron démarre

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Après un faux départ, le procès en appel de Georges Tron démarre

Publié le 25/01/2021 à 10:34 - Mise à jour à 13:08
© Thomas COEX / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Après son faux départ la semaine dernière, le procès en appel de l'ex-secrétaire d'État Georges Tron, poursuivi pour viols et agressions sexuelles de deux collaboratrices, a véritablement démarré lundi matin devant la cour d'assises de Paris.

Le procès s'était ouvert mardi dernier mais l'audience avait été immédiatement suspendue car l'élu de 63 ans, acquitté en première instance, était cas contact d'une personne positive au Covid-19. Il a depuis été testé négatif au nouveau coronavirus.

"Les résultats du test sont compatibles avec une comparution devant la cour d'assises de Paris", a déclaré la présidente de la cour en lisant le rapport de l'expert ayant pratiqué le test Covid sur Georges Tron. Elle s'est ensuite lancée dans l'exposé des faits reprochés au maire de Draveil (Essonne) et son ex-adjointe à la Culture, Brigitte Gruel, tous deux présents à l'audience.

L'édile est accusé par deux anciennes employées de sa commune de banlieue parisienne de leur avoir imposé des attouchements et des pénétrations digitales entre 2007 et 2010, sous couvert de séances de réflexologie plantaire et avec la complicité de Brigitte Gruel. Cette dernière avait également été acquittée en 2018.

Rendue publique quelques jours seulement après l'éclatement de l'affaire DSK en mai 2011, cette affaire avait contraint Georges Tron à démissionner du secrétariat d'État à la Fonction publique dans le gouvernement Fillon.

Elle revient devant la justice à l'heure où les questions de violences sexuelles agitent l'opinion publique.

Avec un cortège d'une soixantaine de témoins attendues, l'audience est prévue pour durer jusqu'au 18 février.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'ancien secrétaire d'Etat à la Fonction publique et actuel maire de Draveil (Essonne) Georges Tron au palais de justice de Paris, le 19 janvier 2021

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-