Attaque à Rambouillet: une fonctionnaire de police tuée, son meurtrier abattu

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Attaque à Rambouillet: une fonctionnaire de police tuée, son meurtrier abattu

Publié le 23/04/2021 à 18:48 - Mise à jour à 21:16
© Simon MALFATTO / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Sylvie MALIGORNE, Benjamin LEGENDRE, Clara WRIGHT - Rambouillet (France) (AFP)
-A +A

Trois personnes ont été placées en garde à vue et deux perquisitions étaient en cours vendredi soir dans l'enquête sur l'assassinat d'une fonctionnaire de police, poignardée par un Tunisien qui a ensuite été abattu, dans le commissariat de Rambouillet près de Paris.

Trois personnes, appartenant à l'entourage de l'assaillant, Jamel G., 36 ans, ont été placées en garde à vue, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Selon des sources proches de l'enquête, une personne ayant accueilli l'assaillant à son arrivée en France en 2009 figure parmi les gardés à vue. Le domicile de cette personne, situé dans le Val-de-Marne, a été perquisitionné dès vendredi en fin d'après-midi, tout comme le logement de Jamel G., situé à Rambouillet.

"Nous ne céderons rien" face "au terrorisme islamiste", a déclaré le président Emmanuel Macron sur Twitter, après l'attaque qui a visé une agente administrative travaillant au commissariat de cette ville tranquille, de près de 26.000 habitants, située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris.

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé s'être saisi de l'enquête, alors que la France a été marquée ces dernières années par plusieurs attaques à l'arme blanche, notamment contre les forces de l'ordre.

Plusieurs éléments ont mené à une saisine du Pnat: "des éléments de repérage", la qualité de la victime - une fonctionnaire de police prise pour cible -, ainsi que les "propos tenus par l'auteur lors de la réalisation des faits", a expliqué le procureur antiterroriste Jean-François Ricard lors d'un point presse.

Des témoins ont rapporté que l'assaillant aurait crié "Allah Akbar", selon une source proche de l'enquête.

Le Premier ministre s'est rendu sur les lieux, avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. "Notre détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes est plus que jamais intacte", a déclaré Jean Castex, venu montrer le soutien du gouvernement aux "policiers et fonctionnaires du commissariat".

Les journalistes ont été tenus à distance du commissariat, a constaté l'AFP. Depuis leurs balcons, des habitants du quartier résidentiel cossu et sans commerce, ont observé les allées et venues des enquêteurs, dans les rues coquettes, bordées de maisons basses en pierre.

Les faits se sont produits vers 14H20 dans le sas du commissariat, a précisé la source policière.

Une agente administrative du secrétariat, qui n'était pas armée, rentrait de pause quand l'assaillant lui a porté deux coups de couteau à la gorge, d'après les premiers éléments de l'enquête.

Cette femme de 49 ans, prénommée Stéphanie, est décédée sur place, malgré l'intervention des pompiers. Elle travaillait à Rambouillet depuis 28 ans et était mère de deux filles, âgées de 18 et 13 ans.

- Inconnu de la police -

L'assaillant a été touché par les tirs d'un seul policier, d'après une source policière. En arrêt cardio-respiratoire, il est décédé.

Il s'agit d'un ressortissant tunisien de 36 ans, inconnu des services de police et des renseignements.

Selon les premiers éléments, il était arrivé en France en 2009, en situation irrégulière, et avait été régularisé depuis, a indiqué une source policière.

Ce drame survient alors que les forces de police des Yvelines gardent en mémoire le souvenir de l'assassinat d'un couple de fonctionnaires de police, tué à coups de couteau en juin 2016 dans son pavillon de Magnanville, par un homme se revendiquant de l'organisation Etat islamique (EI).

Le 16 octobre 2020, le même département des Yvelines avait été marqué par l'attaque au couteau d'un professeur de collège, Samuel Paty, décapité par un jeune homme de 18 ans originaire de la république russe de Tchétchénie.

"C'est hélas en Yvelines, encore, et à Rambouillet, ville paisible et fraternelle, que l’horreur nous atteint", a affirmé le président du conseil départemental Pierre Bédier, dans un communiqué.

La maire Véronique Matillon a tenu à préciser à l'AFP que Rambouillet était une ville "tranquille, quasi provinciale". "Cela veut dire que ce genre d'attaque peut se produire partout", a-t-elle dit.

Le délégué départemental du syndicat Unité SGP Police des Yvelines, François Bersani, a appelé à "sécuriser les commissariats". "Même les plus petits commissariats peuvent être à tout moment une cible", a ajouté M. Bersani, en rappelant qu'à Rambouillet, il y a "des personnels administratifs qui font seuls l'accueil, sans arme".

Après l'attaque de Rambouillet, Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer la sécurité aux abords des commissariats et des brigades de gendarmerie, "notamment s'agissant des accueils".

Cette attaque rappelle celle au couteau survenue en décembre 2014 au commissariat de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), où l'assaillant avait gravement blessé trois policiers aux cris de "Allah Akbar".

Depuis 2015, une vague d'attentats jihadistes a fait plus de 260 morts en France.

Plusieurs de ces attaques ont été perpétrées à l'arme blanche et en ciblant les forces de l’ordre, conformément aux mots d'ordre récurrents du groupe jihadiste État islamique.

La dernière attaque meurtrière des forces de l'ordre en France remonte au 3 octobre 2019, quand, dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, un employé avait tué à coups de couteau trois policiers et un agent administratif, avant d'être abattu.

ali-clw-tll-mk-bl-alh-ola/lbx/cbn

Auteur(s): Par Sylvie MALIGORNE, Benjamin LEGENDRE, Clara WRIGHT - Rambouillet (France) (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une fonctionnaire de police tuée à Rambouillet

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-