Attentats de Mérah: Latifa Ibn Ziaten se plaint de l'absence d'hommage pour son fils

Attentats de Mérah: Latifa Ibn Ziaten se plaint de l'absence d'hommage pour son fils

Publié le 17/03/2017 à 19:32 - Mise à jour à 19:34
© FADEL SENNA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Latifa Ibn Ziaten s'est plainte vendredi de l'absence de cérémonie organisée le 11 mars pour rendre hommage à son fils, le maréchal des logis Imad Ibn Ziaten, première des sept victimes de Mohamed Merah en mars 2012.

"Personne ne pense aux militaires. J'attends depuis cinq ans. Cinq ans que c'est la même galère. Mon fils est mort parce qu'il est militaire et aucun hommage ne lui est rendu le 11 mars", date anniversaire de sa mort, a déploré Mme Ibn Ziaten, jointe au téléphone par l'AFP.

Latifa Ibn Ziaten ne viendra pas dimanche aux cérémonies à Toulouse en mémoire à toutes les victimes de Merah mais programmées le jour anniversaire de l'attaque de l'école juive.

Du 11 mars au 19 mars, Merah a tué trois soldats puis dans l'école juive Ozar Hatorah un professeur de religion, ses deux fils et une fillette de 7 ans.

Mme Latifa Ibn Ziaten, qui est devenue un symbole de la lutte contre la radicalisation, reconnaît que l'État français lui "rend hommage" pour son travail dans les écoles, les prisons ou encore auprès des parents.

"Le seul hommage à mon fils, il a été rendu par le Roi du Maroc et le Maroc", pays d'origine de la victime, a-t-elle affirmé.

La cérémonie a eu lieu samedi 11 mars à M'diq, dans le nord du Maroc en présence de nombreux officiels français et marocains.

Dans un discours lu par un conseiller royal, le roi Mohammed VI a "tenu à s'associer à la peine" de Mme Ibn Ziaten, lui rendant un hommage appuyé pour son "message de paix" et pour avoir "montré aux apologistes du terrorisme qu'ils n'auront pas raison de nous".

"Il y a cinq ans, votre fils, votre frère, adjudant Imad Ibn Ziaten, était froidement abattu, victime de l'équipée meurtrière d'un terroriste inspiré par la haine. Pas un instant nous ne l'avons oublié", a rappelé pour sa part le président François Hollande, dans un message lu par l'ambassadeur de France.

"Si l'image d'Imad est encore aussi vivante, c'est sans doute par l'énergie et la force d'âme qu'ont su déployer ceux qui l'aiment (...)", a souligné le président François Hollande.

Le chef de l’État s'était également entretenu au téléphone avec la mère du soldat.

Mme Latifa Ibn Ziaten a indiqué qu'elle avait programmé une rencontre samedi avec une personnalité mais sans dévoiler laquelle.

"Je vais lui demander si ce sont des mouches, des hommes ou des militaires qui sont tombés", a-t-elle prévenu, rappelant que "si (s)on fils n'avait pas été militaire, il serait à (s)es côtés aujourd'hui"

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Franco-Marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du sous-officier français tué il y a cinq ans par le djihadiste Mohamed Mera, le 11 mars 2017 à M'Diq au Maroc.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-