Au Mont-Valérien, Macron commémore l'appel du 18 juin

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Au Mont-Valérien, Macron commémore l'appel du 18 juin

Publié le 18/06/2020 à 13:01 - Mise à jour à 14:10
© Yoan VALAT / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le Chant des Partisans, la lecture de l'appel du 18-juin, une rencontre avec un Compagnon de la Libération: Emmanuel Macron a célébré jeudi aux Invalides et au Mont-Valérien les 80 ans du célèbre appel du général de Gaulle, en appelant à "ranimer les braises" des valeurs de la nation.

Il a assisté à la traditionnelle cérémonie militaire au mémorial du Mont-Valérien, à l'ouest de Paris, pour honorer la mémoire des quelque mille otages et résistants exécutés par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale. La patrouille de France et les Red Arrows, la patrouille de la Royal Air Force, ont survolé le mémorial et les Invalides.

Avec lui étaient présents le Premier ministre Edouard Philippe et plusieurs membres du gouvernement, les présidents de l'Assemblée et du Sénat, ainsi que l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy et la maire de Paris Anne Hidalgo.

C'est la première fois depuis la crise du coronavirus que se déroule une cérémonie militaire de grande ampleur, en présence de nombreuses personnalités qui ont ensuite échangé informellement, même si le public n'a pas été autorisé.

Avant de se rendre au Mont-Valérien, Emmanuel Macron a passé une heure au Musée de la Libération, en compagnie d'Hubert Germain, 99 ans, l'un des quatre derniers Compagnons de la Libération encore vivant.

"Nous nous devons d'être inspirés par cette force d'âme. Même quand l'amour de la patrie semble s'étioler, nos valeurs (...) l'exemple du général doit inspirer les jeunes générations. Ne cédez pas au désarroi et au doute. Les braises, on peut les ranimer et qu'elles flambent à nouveau", a dit le chef de l'Etat à l'ancien résistant en fauteuil roulant. "J'ai des braises dans les mains", lui a-t-il encore promis en partant en lui tenant le bras.

Au Mont-Valérien, il a enfin salué plusieurs responsables politiques, l'occasion aussi d'évoquer des sujets d'actualité.

A son prédécesseur Nicolas Sarkozy, qu'il consulte régulièrement, il a glissé "je vous vois bientôt" et Gérard Larcher lui a dit "à la semaine prochaine".

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui demande la compensation intégrale des pertes de recettes subies par les transports publics dans sa région à cause de la crise du Covid-19, a répété son souhait de voir l'Etat venir en soutien.

"Il y a des sujets où la région a des choses à dire, sans intermédiaire", ce à quoi le chef de l'Etat lui a promis de la recevoir.

Emmanuel Macron devait ensuite décoller pour Londres, pour une après-midi d'hommages à la capitale de la France Libre. En présence du prince Charles, M. Macron remettra la Légion d'honneur à la ville de Londres et prononcera un discours sur l'esprit de résistance, avant de rencontrer le Premier ministre Boris Johnson.

"Je vous laisse les clefs", a-t-il lancé à Edouard Philippe en partant.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le président français Emmanuel Macron et Hubert Germain l'un des quatre derniers Compagnons de la Libération encore vivant devant le buste de Charles de Gaulle, au Musée de la Libé

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-