Au procès Charlie, la lettre anonyme, le trafic d'armes et l'embrouille familiale

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Au procès Charlie, la lettre anonyme, le trafic d'armes et l'embrouille familiale

Publié le 14/10/2020 à 16:24 - Mise à jour à 17:54
© - / FRENCH POLICE/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Valentin BONTEMPS - Paris (AFP)

-A +A

C'est un courrier anonyme, fin 2017, qui avait mis les enquêteurs sur sa piste: accusé d'avoir fourni des armes à Amédy Coulibaly, Mohamed-Amine Fares a nié mercredi tout lien avec les attentats de janvier 2015, regrettant qu'on lui fasse "porter le chapeau".

Qui l'a dénoncé et pour quelles raisons? Cheveux noirs noués en catogan, haut de survêtement noir et barbe finement taillée, Mohamed Fares affiche sa perplexité face à la cour d'assises spéciale de Paris.

"Franchement, je sais pas, j'ai pas d'éléments à donner... Pour moi, c'est quelqu'un qui essaie de me faire porter le chapeau", avance d'une voix grave l'accusé, discret dans le box depuis le début du procès.

"J'ai des hypothèses, peut-être dans le réseau familial... Mais je n'ai aucune certitude. Je n'arrive toujours pas à y croire".

Mohamed Fares, 31 ans, est soupçonné d'avoir vendu des pistolets et des fusils d'assaut au tueur de l'Hyper Cacher par le biais d'Amar Ramdani et de Saïd Makhlouf, rencontrés à plusieurs reprises dans l'agglomération lilloise à l'automne 2014.

Le jeune homme, qui encourt 20 ans de réclusion criminelle, conteste tout lien avec le trafic d'armes, assurant avoir vu Ramdani et Makhlouf -- employé par la société d'ambulance de son père -- pour une affaire de stupéfiants.

Une version fragilisée par les déclarations de son ex-beau frère, Souliman B., qui a évoqué un trafic d'armes entre Fares et des "Parisiens". Mais aussi par son ex-belle soeur, Amel B., dont l'ADN a été découvert sur l'un des pistolets de Coulibaly.

Par quel mystère cet ADN s'est-il retrouvé sur l'une des armes du tueur de l'Hyper Cacher? Face aux enquêteurs, la jeune femme a expliqué avoir touché le pistolet au domicile de ses parents, où son frère Souliman l'avait ramené. Souliman, lui, a chargé Fares.

Une mise en cause fermement contestée mercredi par l'accusé. "Je n'ai jamais vendu d'armes. C'était pas mon intérêt: les armes, c'est une peine à deux chiffres. Avec mon trafic de stupéfiants, je gagnais bien ma vie, j'avais pas besoin de ça!"

- "quand vous croire?" -

Face à l'accusé, la cour s'interroge. Pourquoi alors son beau-frère l'a-t-il mis en cause? Dans le box, Mohamed Fares hésite quelques secondes, puis évoque un différent familial lié à sa rupture avec son ex-épouse religieuse, à l'origine selon lui de vives tensions.

"Souliman, il m'en veut parce que j'ai laissé tomber" sa soeur "pour aller avec une autre fille", raconte le trentenaire, qui confesse également des "violences" à l'égard de son ex-épouse. "Il n'a jamais accepté ça, il s'est senti trahi".

De là à inventer un lien avec les attentats de janvier 2015? Le président Régis de Jorna, qui rappelle les multiples mensonges et les déclarations contradictoires de l'accusé durant l'enquête, se dit sceptique: "on ne sait plus quand vous croire, monsieur".

Les mains posées sur le micro, Fares encaisse. "Je comprends, j'ai fait l'idiot", glisse l'accusé, disant avoir eu "peur". "On parle de terrorisme", insiste le jeune homme, qui rappelle que d'autres protagonistes, dont Souliman B., ont varié dans leurs déclarations.

Face à lui, Régis de Jorna acquiesce. "Dans le volet armes, si on compte le nombre de versions des uns et des autres, c'est effarant", soupire le magistrat, à la peine au moment d'aborder l'imbroglio familial qui émerge derrière ce dossier.

Après deux heures d'audition, les pièces du puzzle peinent à s'assembler. "Votre soeur avait de mauvaises fréquentations", avance de Jorna. "Pas ma soeur", rétorque l'accusé. "Non, votre nièce... Euh non... Votre belle-soeur... Votre belle-soeur, c'est ça", corrige le magistrat.

Quelle responsabilité pour Mohamed Fares dans le trafic d'armes? Quel rôle pour son entourage? Difficile, à ce stade d'en savoir plus: Souliman B., mineur au moment des faits et visé par une enquête disjointe, est en fuite et n'a pas répondu à sa convocation.

Une situation regrettée par l'avocate de Mohamed Fares, Me Safya Akorri. "Il y a zéro élément matériel, que du testimonial dans ce dossier. Or le seul et unique témoin qui met en cause de manière concrète mon client n'est pas présent".

Auteur(s): Par Valentin BONTEMPS - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Amedy Coulibaly sur une photo fournie par la police le 9 janvier 2015

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-