Au Sénat, Crase dit avoir travaillé pour un oligarque russe une fois parti de l'Élysée et sans l'aide de Benalla

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Au Sénat, Crase dit avoir travaillé pour un oligarque russe une fois parti de l'Élysée et sans l'aide de Benalla

Publié le 21/01/2019 à 19:31 - Mise à jour à 19:32
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Vincent Crase, ex-employé de LREM et ex-gendarme réserviste en fonction à la présidence de la République, a affirmé lundi au Sénat avoir travaillé pour un oligarque russe une fois parti de l'Élysée, et sans l'aide d'Alexandre Benalla, mis en examen comme lui pour des violences sur des manifestants le 1er mai 2018.

En décembre, le site Médiapart avait révélé que M. Crase, ex-chef d'escadron dans la réserve opérationnelle de la gendarmerie, avait travaillé, via sa société de sécurité privée Mars Conseil, pour un oligarque russe Iskander Makhmudov qui l'a rémunéré 294.000 euros le 28 juin 2018.

A l'époque, il était encore salarié du parti présidentiel LREM mais il a précisé devant les sénateurs qu'il n'était plus en fonction à l'Élysée.

"J'ai signé ce contrat le 6 juin 2018 alors que j'ai quitté le palais de l'Élysée le 4 mai. Ce contrat a duré trois mois parce qu'après l'affaire du 1er mai (...) mon prestataire a préféré mettre fin à ce contrat", a-t-il déclaré au sénateur Philippe Bas, président de la commission d'enquête.

Il a également précisé que les négociations pour ce contrat avaient commencé "après" son départ de l'Élysée.

"Quelles sont les raisons données le 4 mai pour mettre fin à vos fonctions à l'Élysée?", lui a demandé M. Bas. "Que la médiatisation des images qui commençaient à tourner et qui étaient arrivées jusqu'au palais de l'Élysée n'étaient pas compatibles avec mon maintien en poste", a-t-il répondu.

"On observera simplement que la même présidence de la République considère au contraire que les mêmes images sont compatibles avec le maintien de M. Benalla en poste", a alors glissé le président de la commission. M. Benalla était resté en poste à l'Élysée jusqu'à fin juillet.

Vincent Crase a également assuré qu'Alexandre Benalla n'était jamais intervenu dans les négociations autour du contrat et n'était "en aucun cas lié à (sa) société".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vincent Crase devant la commission d'enquête du Sénat le 21 janvier 2019

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-