Aude: des "faucheurs" d'OGM détruisent des centaines de sacs de semences

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Aude: des "faucheurs" d'OGM détruisent des centaines de sacs de semences

Publié le 04/03/2021 à 18:55 - Mise à jour à 18:56
© Fred SCHEIBER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Castelnaudary
-A +A

Une cinquantaine de "faucheurs volontaires" d'OGM ont pénétré jeudi dans le site d'une coopérative agricole à Castelnaudary (Aude), éventrant plusieurs centaines de sacs de semences de colza et de tournesol qu’ils considèrent illégales, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Non aux OGM" ou "Colza et tournesol OGM, depuis des mois, gouvernement hors-la-loi", ces militants venus d'Occitanie et d'ailleurs se sont ensuite assis au milieu de l'entrepôt, avant d'être évacués par une trentaine de gendarmes.

"On entend dire qu’il n’y a plus d’OGM cultivés en France. C’est faux. On est venu dire par cette action que les OGM, qui devraient être interdits, sont en fait en vente ici dans ce hall pour les agriculteurs qui veulent bien en semer. C’est en complète contradiction avec la législation européenne", a déclaré l'un de ces "faucheurs", le Toulousain Jacques Dandelot.

Ces graines de colza et de tournesol obtenues par des NBT ou "New breeding techniques", des outils permettant de modifier le génome des plantes sans insertion de gène étranger (transgénèse), sont considérées comme des organismes génétiquement modifiés par les anti-OGM.

En revanche, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a estimé début janvier que les NBT "ne sont pas des OGM", mais des technologies qui permettent "de faire apparaître plus tôt une variété qui aurait pu apparaître naturellement à un moment donné".

En février 2020, le Conseil d'Etat avait estimé que ces nouvelles techniques devaient être soumises à la réglementation OGM.

Allant dans le sens de la Cour de justice européenne, il avait donné six mois au gouvernement pour modifier le code de l'environnement.

"Depuis plus de six mois, le gouvernement est dans l'illégalité", lit-on sur un tract distribué jeudi à Castelnaudary par les militants anti-OGM.

Auteur(s): Par AFP - Castelnaudary

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des "faucheurs volontaires" d'OGM ont pénétré le 4 mars 2021 dans le site d'une coopérative agricole à Castelnaudary (Aude), éventrant plusieurs centaines de sacs de semences de co

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-