"Aux masques citoyens" : les dons se multiplient pour pallier la pénurie

"Aux masques citoyens" : les dons se multiplient pour pallier la pénurie

Publié le 21/03/2020 à 10:38 - Mise à jour à 15:38
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Hélène DUVIGNEAU avec les bureaux de l'AFP - Rennes (AFP)
-A +A

Des grandes entreprises aux collectivités en passant par un producteur de champignons, les dons de masques se multiplient dans l'Hexagone pour tenter de pallier la pénurie de ces équipements pourtant indispensables aux soignants, face à l'épidémie de coronavirus.

Malgré un décret, début mars, réquisitionnant les stocks de masques de protection, et la livraison annoncée de 30 millions de masques aux pharmacies et établissements de soins, le monde médical continue d'alerter sur la pénurie de masques, notamment FFP2, qui protègent mieux les soignants en charge des malades du Covid-19.

"J'ai besoin de vous !!!"... Au coeur de la tourmente, le président de la région Grand Est et ex-chef des urgences de l'hôpital de Mulhouse Jean Rottner a lancé jeudi sur Twitter un appel aux dons de masques FFP2 afin d'équiper "médecins et infirmières libéraux".

Parmi les gros donateurs, beaucoup d'industries contraintes de se mettre à l'arrêt. Dans le secteur automobile, PSA a annoncé vendredi la livraison de 130.000 masques aux hôpitaux, services d'urgence et préfectures, 120.000 pour Renault et 30.000 pour Valeo.

Le groupe de luxe LVMH a promis samedi d'offrir dix millions de masques (dont trois millions de masques FFP2), d'une valeur de cinq millions d'euros. Bouygues va de son côté donner un million de masques chirurgicaux.

Dans l'univers maritime, le Port du Havre a donné 80.000 masques et l'armateur CMA-CGM 100.000 masques FFP2 à l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France. La Fédération de l'industrie nautique a également battu le rappel pour inciter ses adhérents à ressortir "les stocks de sécurité constitués en 2009 contre le virus de la grippe H1N1".

Les agriculteurs se mobilisent aussi. Dans les Pays de la Loire, les Jeunes agriculteurs (JA) ont lancé un appel au don de masques anti-poussière utilisés notamment lors des paillages et épandages de pesticides. "Il peut y avoir facilement une vingtaine de masques par ferme", a estimé auprès de l'AFP Fabien Denis, éleveur dans la Sarthe.

- fonds de tiroirs -

Dans l'agro-alimentaire, le groupe sucrier Cristal Union a donné 4.000 masques chirurgicaux à l'hôpital de Châlons-en-Champagne, et les entreprises de l'Agropole d'Agen ont mis à disposition d'une clinique une quantité équivalente. Même modestes, les dons sont encouragés, comme dans l'Isère où deux agriculteurs ont été chaudement remerciés sur Twitter par la gendarmerie.

Les services sont aussi pourvoyeurs, comme la mutuelle des collectivités locales SMACL Assurances, qui a remis 40.000 masques chirurgicaux, acquis "en prévision des alertes de grippe H5N1 en 2017", au personnel soignant et de secours des Deux-Sèvres.

Les initiatives se multiplient également dans les PME. Après avoir rétrocédé à l'Etat 2.300 masques FFP2 début mars, le directeur des "Champignonnières de Sologne", qui achète 10.000 masques par an contre les spores libérés par les champignons, a donné cette semaine 1.200 masques à la mairie et à l'hôpital de Vierzon ainsi qu'à des cabinets médicaux, qu'il livre "personnellement".

Dans les Deux-Sèvres, le patron d'un fabricant de meubles a donné son stock de 60 masques anti-poussières à son médecin généraliste, tandis qu'en Lorraine, les couvreurs "Bras Frères" ont donné 4.000 combinaisons et près de 900 masques à l'hôpital de Verdun. Même les diagnostiqueurs immobiliers ont lancé un appel aux dons baptisé "Aux masques citoyens".

Mêmes initiatives dans le public. La Région Grand Est, durement touchée par l'épidémie, a ainsi récolté 350.000 masques auprès d'entreprises.

Le conseil régional d'Auvergne-Rhône Alpes a expédié jeudi 1.440 masques FFP3 au Centre hospitalier d'Ardèche Méridionale qui était à court. A Grenoble, le CEA a donné 25.000 masques chirurgicaux et 5.000 FFP2 au CHU qui avait diffusé un tutoriel de fabrication de masques "faits maison".

Au rectorat d'Amiens, près de 48.000 masques chirurgicaux et FFP2 ont été ressortis en quelques jours des tiroirs des écoles et services administratifs.

Vendredi, la métropole lyonnaise a fait état d'un total de 100.000 dons de masques chirurgicaux à l'ARS, la préfecture du Calvados de 50.000, tandis que la région Nouvelle-Aquitaine va redistribuer... 2 millions de masques issus de stocks périmés mais néanmoins parfaitement utilisables.

Face à la multiplication des dons "de gré à gré", l'ARS de Nouvelle-Aquitaine a toutefois conseillé aux donateurs de "plus de 1.000 masques" de se rapprocher des ARS pour éviter de surdoter certains établissements.

burs-aag-hdu-jmi/tq/it

Auteur(s): Par Hélène DUVIGNEAU avec les bureaux de l'AFP - Rennes (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les dons de masques se multiplient dans l'Hexagone

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-