Avant l'été, gouvernement, sportifs et pompiers alertent sur le danger croissant des noyades

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Avant l'été, gouvernement, sportifs et pompiers alertent sur le danger croissant des noyades

Publié le 20/06/2019 à 15:23 - Mise à jour à 17:34
© Thomas SAMSON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Emmanuel DUPARCQ - Paris (AFP)
-A +A

"Il suffit de quelques secondes pour qu'une vie bascule." Face à l'inquiétante augmentation des noyades, qui ont tué plus de 400 personnes l'été dernier, notamment des petits enfants dans les piscines privées, le gouvernement, le monde sportif et les pompiers ont lancé jeudi la campagne #VigilanceNoyade.

A quelques semaines des vacances estivales, cette campagne de communication s'appuie notamment sur des clips diffusés sur les réseaux sociaux où les champions de natation Alain Bernard, d'apnée Guillaume Néry et de kite-surf Charlotte Consorti appellent les Français à la vigilance.

"Il suffit d'un moment d'inattention pour qu'une vie bascule à quelques mètres de nous. (...) Des vies dépendent de votre regard. Apprenez, surveillez, sauvez", y déclarent-ils notamment.

La campagne, menée conjointement par le ministère des Sports, la Fédération française de natation et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF), a été lancée officiellement jeudi matin à la piscine de la Butte aux Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris.

Il y a urgence, ont souligné sur place la ministre des Sports Roxana Maracineanu, Alain Bernard et le président de la FNSPF Grégory Allione, pour éviter que plus de 400 personnes ne meurent de noyade cet été comme l'an dernier (406 entre le 1er juin et le 30 septembre) ou en 2015 (436).

Entre ces deux étés, le nombre de noyades accidentelles suivies de prise en charge hospitalière a bondi de 30% (1.649 contre 1.266), selon le gouvernement. En 2018, 44% d'entre elles ont eu lieu en mer, 22% en étangs, lacs ou rivières, 11% en piscines collectives et 19% en piscines privées familiales.

Les noyades sont "un drame qui touche beaucoup de familles", a souligné Mme Maracineanu devant la presse.

- Danger piscines privées -

Entre 2015 et 2018, elles ont augmenté essentiellement chez les jeunes de moins de 13 ans (+77%) et les enfants de moins de 6 ans (+96%). Parmi les 443 enfant de moins de 6 ans victimes de noyades accidentelles à l'été 2018, 35 sont morts.

Cette "augmentation dramatique" est notamment due aux piscines privées familiales (+132% de noyades) où les petits enfants "échappent au regard de leurs parents", selon la ministre.

Par ailleurs, "avec le réchauffement climatique, les gens sortent plus l'été et vont dans les cours d'eau qui ne sont pas surveillés", a-t-elle ajouté, en soulignant que l'augmentation des accidents "touche aussi le troisième âge".

La plus grande cause de noyade, a souligné Alain Bernard, reste le manque "de vigilance, d'attention". Notamment de parents qui donnent à leurs enfants des "brassards, bouées ou frites" pour les aider à flotter et, "l'esprit tranquille", se plongent dans leurs livres ou téléphones portables, a regretté le champion olympique 2008 du 100 m nage libre.

Côté baigneurs, "la meilleure des sécurités" reste "d'être à l'aise dans l'eau", a souligné Mme Maracineanu, en conseillant aux parents d'habituer leurs enfants à l'eau "dès que possible, avant 6 ans", pour qu'ils y soient "en totale confiance", même en eau profonde, et puissent flotter, nager et "en sortir tout seul".

La hausse des noyades chez les enfants s'explique notamment par le fait qu'"on va au contact de l'eau de plus en plus tard dans le cadre scolaire", car "peu nombreux sont les territoires où on peut accéder à une piscine dès le CP", a admis la ministre. Dans certaines régions, a-t-elle regretté, "70% des moins de 10 ans ne savent toujours pas nager en autonomie".

Le gouvernement prévoit selon elle de doper l'apprentissage de la natation en finançant des bassins, en le faisant démarrer "dès la maternelle" et en le resserrant "sur une ou deux semaines" à un rythme quotidien.

Grégory Allione, président de la FNSPF, a de son côté insisté sur la nécessité pour chacun "d'apprendre les gestes qui sauvent" (mise en position de sécurité, massage cardiaque) pour secourir les victimes. Or si le gouvernement affiche l'objectif de voir 80% de la population formée à ces gestes enseignés notamment dans les casernes de pompiers, seuls 20% des Français le sont aujourd'hui, a-t-il souligné.

Auteur(s): Par Emmanuel DUPARCQ - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les noyades sont "un drame qui touche beaucoup de familles", a souligné Mme Maracineanu devant la presse.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-