Canicule: visiter des grottes, l'astuce maline des touristes pour se rafraîchir

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Canicule: visiter des grottes, l'astuce maline des touristes pour se rafraîchir

Publié le 03/08/2017 à 13:37 - Mise à jour à 18:01
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP
-A +A

Comme c'est bon de se mettre au frais en profitant d'une "clim naturelle !": par ces temps de canicule dans le sud-est de la France, les touristes se pressent nombreux dans les grottes, oasis de fraîcheur bienvenues.

"+C'est un bonheur, cette clim naturelle !+, nous disent les gens", raconte à l'AFP Linda Benini, chargée de clientèle à la Grotte de Saint-Marcel (Ardèche). "Il y fait 14 degrés et les touristes en redemandent".

La visite de ses immenses salles et de sa cascade de gours (vasques naturelles), unique en Europe, "dure une heure et on descend jusqu'à 150 mètres sous terre", ajoute-t-elle.

"Depuis le début de la canicule, on observe une augmentation d'au moins 10% du nombre de visiteurs. Ils arrivent dès l'ouverture et jusqu'en fin d'après-midi. Il y a des Français, mais aussi de nombreux touristes étrangers, européens et même américains", explique Linda Benini.

A la Grotte de la Madeleine, à Saint-Remèze (Ardèche), même constat. "En ce moment, il y a encore plus de monde, mais la fréquentation est toujours élevée l'été, de 400 à 600 personnes par jour en moyenne, et jusqu'à 700 à 1.100 de fin juillet à mi-août", observe le responsable du site Frédéric Giordan.

"Il fait 15 degrés, à 150 mètres sous terre, avec 65 mètres de dénivelé. C'est d'abord la beauté du site qui attire les touristes, pas forcément la canicule. Quand il fait chaud, les gens vont aussi se baigner dans la rivière", tempère M. Giordan. "Et le mauvais temps nous amène aussi du monde", s'amuse-t-il.

Dans le Vercors (Isère), les gens montent en altitude pour chercher la fraîcheur, les petites cascades et autres points d'eau qui sont pris d'assaut, tout comme les grottes.

Celle de Choranche (Isère) voit "facilement 300 visiteurs de plus par jour en ce moment: jusqu'à 1.400 visiteurs quotidiens. En moyenne, l'été, la fréquentation est de 900 à 1.000", confirme Florence Delorme, chargée de communication du site.

-"On communique sur la fraîcheur"-

Avec la chaleur, "tout le monde a envie de se mettre au frais. On va s'organiser pour accueillir les touristes et limiter l'attente", assure-t-elle.

A quarante kilomètres de Lyon, où le thermomètre a grimpé jusqu'à 38 degrés, les grottes de la Balme ne se privent pas de vanter leur fraîcheur.

"Quand on a des températures comme ça, on communique aussi sur les réseaux sociaux et notre site internet sur la température des grottes, de 12 à 15 degrés toute l'année", souligne son directeur Jean-Michel Colomb.

Trop tôt selon lui pour donner une estimation des retombées de l'actuelle canicule. Mais pendant l'épisode caniculaire de juin "la fréquentation avait augmenté de 20%". Ce site du plateau calcaire de L'Isle Crémieu accueille pendant l'été quelque 550 personnes par jour en moyenne. Avec cette nouvelle canicule, "on peut s'attendre à une hausse".

En Auvergne, aussi, il fait chaud. Mais dans la Grotte de la pierre de Volvic (Puy-de-Dôme), une ancienne galerie de carrières, la température affiche 10 à 12 degrés toute l'année. "Visiter la grotte, c'est une parenthèse appréciée, tant par ces temps de forte chaleur qu'en cas de pluie", souligne la chargée de communication du site, Nathalie Tixier.

"Les touristes se mettent à l'abri et désertent les lacs" de la région, poursuit-elle.

De même, sur le site troglodyte de Jonas (Puy-de-Dôme), "dès qu'il fait très chaud, le nombre de visiteurs augmente d'environ 10%", relève son gérant Vincent Salesse. "Même si la température ici n'est que de quelques degrés inférieure à celle de l'extérieur, l'effet fraîcheur fonctionne !".

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des touristes écoutent un guide lorsd'une visite de la grotte naturelle de Choranche, dans la région du Vercors près de Grenoble, le 3 août 2017

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-