Bac 2021: après la philo, place à l'épreuve inédite du grand oral

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Bac 2021: après la philo, place à l'épreuve inédite du grand oral

Publié le 21/06/2021 à 00:17 - Mise à jour à 19:42
© MARTIN BUREAU / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Vanessa CARRONNIER - Paris (AFP)
-A +A

"J'ai respiré, je me suis concentrée et ça allait": les élèves de Terminale ont commencé lundi à passer le grand oral, l'épreuve inédite du baccalauréat nouvelle formule, jugée "un peu déroutante" par certains et dont l'organisation est critiquée par des syndicats.

Plus de 525.000 candidats au bac général et technologique sont convoqués entre lundi et le 2 juillet pour vingt minutes d'exposé et d'échanges avec un jury.

Au lycée la Fontaine à Paris, une vingtaine de candidats patientent en silence dans une salle de classe, certains en relisant leurs notes.

Théa, 18 ans, en chemisier blanc, jean et chaussures à talons, était stressée avant d'être interrogée. "Mais j'ai respiré, je me suis concentrée et ça allait". "Plutôt contente" de son épreuve, elle espère "avoir une bonne note". "Je me suis beaucoup entraînée avec ma mère, qui avait pris des cours d'art oratoire, c'était ma coach personnelle", raconte la lycéenne.

"On est sur une épreuve de rodage", explique la cheffe de ce gros lycée parisien, Marianne Dodinet. Mais "on peut faire confiance aux profs pour être bienveillants".

Devant le lycée Kléber de Strasbourg, peu après 10H00, les premiers candidats sortent au compte-goutte.

"Je suis soulagée, c'est surtout ça le sentiment qui domine", lance Marie Joëlle, 18 ans. "C'était notre première vraie épreuve, parce que la philo, c'était symbolique. Mais là, il faut parler à un jury, on est confronté à des questions, c'est un peu déroutant au début", témoigne la lycéenne.

- "Professeurs bienveillants" -

Elle regrette toutefois une année morcelée en raison de la crise sanitaire. "L'oral aurait pu être mieux préparé si j'avais eu la chance d'être plus souvent à l'école".

A Bordeaux, Andrea, 18 ans, sort également soulagé. "Je connaissais mon sujet presque par cœur et les professeurs sont bienveillants". "Maintenant, mes amis m'appellent pour que je leur donne des conseils !"

"Je n'attends maintenant plus que la Fête de la musique ce (lundi) soir et j'ai des soirées prévues tous les jours, ça va être trop bien", se réjouit Andrea.

"S'exprimer à l'oral, c'est quelque chose que vous avez à faire en permanence dans la vie", avait souligné mi-juin le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, qui a recommandé aux candidats de "conquérir de la confiance en soi en s'entraînant".

Le jury évaluera sur 20 points la capacité du candidat à capter l'attention, sa gestion du temps, la qualité de ses connaissances et de son argumentation. L'épreuve compte coefficient 10 en voie générale et 14 en voie technologique, dans la note finale du bac.

Il s'agit de la seule épreuve finale maintenue, avec l'écrit de philosophie, les autres matières étant évaluées en contrôle continu.

Cette année, les syndicats lycéens et enseignants avaient demandé l'annulation du grand oral, en raison des difficultés de préparation engendrées par la crise sanitaire du Covid-19. Depuis novembre notamment, de nombreux lycéens ont dû suivre leurs enseignements à distance.

- Annulations et reports -

Pour rassurer les candidats, le ministère de l'Education leur permet exceptionnellement de garder sous les yeux le brouillon préparé pour leur exposé. Ils pourront également remettre au jury un descriptif de leurs professeurs indiquant si des parties du programmes n'ont pas pu être étudiées.

Mais depuis plusieurs semaines, les syndicats s'inquiètent de l'organisation de ce grand oral en citant des retards dans les envois de convocations aux élèves et aux enseignants qui doivent composer les jurys. Lundi, ils évoquaient des couacs dans différents lycées.

"En Ile-de-France, un jury s'est retrouvé avec un seul professeur, au lieu de deux... Et donc les élèves n'ont pas pu passer leur grand oral, ils ont du être convoqués plus tard dans la semaine", regrette Sophie Vénétitay secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz à Vincennes et secrétaire général du principal syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN), est lui "agacé". "Dans mon établissement, il a fallu annuler le grand oral de 20 élèves car un des professeurs convoqués l'était aussi à une épreuve de Capes au même moment, c'est hallucinant", donne-t-il en exemple.

"C'est toujours pénible pour les élèves, qui n'ont pas besoin de ça cette année après tout ce qu'ils ont vécu avec la crise sanitaire", dit-il.

Face à ces "inquiétudes et dysfonctionnements", le syndicat lycéen FIDL a décidé de mettre en place une adresse mail à disposition des lycéens qui en seraient victimes "afin qu'ils soient accompagnés dans les difficultés qu'ils rencontreraient".

Le grand oral est la dernière épreuve des Terminales pour le bac. Les résultats de cet examen bicentenaire seront dévoilés le 6 juillet.

asm-vac-apz-wg/pa/shu

Auteur(s): Par Vanessa CARRONNIER - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Epreuve de philosophie au lycée Hélène Boucher, le 17 juin 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-