Bonbonnes de gaz à Paris: les trois suspects écroués

Bonbonnes de gaz à Paris: les trois suspects écroués

Publié le 07/10/2017 à 08:44 - Mise à jour à 10:50
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les trois hommes, dont deux fichés pour radicalisation islamiste, présentés vendredi soir à un juge antiterroriste dans l'enquête sur des bonbonnes de gaz retrouvées à Paris, ont été mis en examen et placés en détention provisoire, a indiqué samedi une source judiciaire.

Interpellés lundi soir, Amine A., son cousin Sami B., et Aymen B., âgés de 28 à 30 ans, ont été mis en examen, notamment pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste" puis écroués, conformément aux réquisitions du parquet de Paris, selon cette source.

Trois membres de leur entourage, également placés en garde à vue lundi et mercredi, ont pour leur part été relâchés, sans poursuite à ce stade.

"Les conséquences humaines et matérielles auraient pu être dramatiques, sans que l'on sache à ce stade les raisons pour lesquelles cet immeuble a pu être pris pour cible", avait déclaré vendredi le procureur de la République de Paris, François Molins, lors d'un point-presse.

Dans la nuit 29 au 30 septembre, un habitant avait donné l'alerte après avoir découvert, "peu avant 04H30", quatre bonbonnes de gaz surmontées d'un dispositif de mise à feu électrique par téléphone, autour desquelles avait été versée beaucoup d'essence, au rez-de chaussée de son immeuble du XVIe arrondissement, un quartier aisé de la capitale.

Pour une raison inconnue, trois appels n'ont pas réussi à déclencher le dispositif.

Le mode opératoire et l'ADN d'Aymen B., identifié sur les lieux, ont mis les enquêteurs sur la piste du trio.

Né à Paris, cet homme de 29 ans, était fiché S depuis juillet 2016 "en raison d'un prosélytisme pro-Daech" (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique), selon le procureur, et connu pour être en contact avec Amine A., 30 ans, également fiché S. Ce natif des Ulis (Essonne), "était pour sa part connu pour avoir été placé en garde à vue le 26 mars 2013 dans le dossier bien connu Forsane Alizza", du nom d'un groupuscule islamiste radical dissous en 2012 par les autorités françaises, a expliqué François Molins.

Quant à Sami B., le cousin de 28 ans d'Aymen B. avec qui il avait de nombreux contacts téléphoniques, les policiers ont retrouvé du matériel correspondant au dispositif à son domicile.

En septembre 2016, cinq bonbonnes de gaz mais sans dispositif de mise à feu avaient été découvertes dans une voiture à Paris, non loin de la cathédrale Notre-Dame. Un commando de femmes, téléguidé de Syrie par l'EI, avait été arrêté.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trois hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-