Bridgestone Béthune: le plan de sauvegarde de l'emploi validé par l'administration

Bridgestone Béthune: le plan de sauvegarde de l'emploi validé par l'administration

Publié le 16/03/2021 à 10:55 - Mise à jour à 11:08
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Lille

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'administration du travail a validé mardi le plan de sauvegarde de l’emploi, signé par l'ensemble des syndicats, de l'usine de pneumatiques Bridgestone à Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie environ 850 salariés et est vouée à la fermeture, a annoncé la direction.

"Ce plan qui vise à offrir à chaque salarié du site un accompagnement personnalisé va désormais entrer dans sa phase de mise en œuvre", indique la direction dans un communiqué. "Conformément à ses engagements, Bridgestone poursuit également sa recherche de solutions industrielles pour le site et le territoire."

Le 12 février, cinq mois après le choc de l'annonce de la fermeture de l'usine du géant japonais, syndicats et direction ont signé le PSE.

"C'est la récompense d'un travail très long", s'est réjoui mardi auprès de l'AFP Me Stéphane Ducrocq, l'avocat du CSE. Comme le PSE "a été signé à l'unanimité, il n'y aura pas de recours des syndicats", a-t-il affirmé.

Mi-septembre, l'annonce brutale de la fermeture du site avait assommé les salariés et suscité un branle-bas de combat politique, dans une région déjà éprouvée par la fermeture de deux autres sites de fabrication de pneus: Continental dans l'Oise (683 salariés en 2010) et Goodyear à Amiens-Nord (1.143 salariés en 2014).

L'usine doit fermer définitivement le 3 mai.

Parallèlement, l'association les "Affranchis de Bridgestone", qui regroupe une petite quarantaine de salariés en rupture avec l'intersyndicale, bataille devant les tribunaux pour tenter de freiner la fermeture de l'usine, malgré un premier revers.

Le tribunal judiciaire de Lille a rejeté en référé le 9 mars le recours où ils demandaient la poursuite des relations commerciales entre l'usine de Béthune et Bridgestone Europe, arguant des règles présidant à la rupture de telles relations.

Le tribunal a estimé que les "Affranchis" ne pouvaient demander à un juge de condamner l’employeur à respecter son propre contrat de production avec Bridgestone Europe, qui détient la totalité du capital de Bridgestone France.

Il a néanmoins jugé que "le contrat de production de pneus pour l’usine de Béthune est toujours en cours", se félicite leur avocat, Me Fiodor Rilov.

"Il n’est ni soutenu ni justifié de ce que le contrat liant les sociétés Bridgestone France et Bridgestone Europe NV/SA est déjà rompu en droit, les demandeurs soutenant seulement que la production a déjà partiellement cessé, ce que les défenderesses contestent par ailleurs", mentionne le jugement.

Les "Affranchis" vont faire appel.

Auteur(s): Par AFP - Lille

PARTAGER CET ARTICLE :

Des employés de l'usine de pneumatiques Bridgestone ont planté des croix en bois pour protester contre la fermeture du site de Béthune (Pas-de-Calais), le 17 novembre 2020

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-