Quintuple infanticide: "Pour moi, ce n'était pas des bébés", répète Sylvie Horning

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Quintuple infanticide: "Pour moi, ce n'était pas des bébés", répète Sylvie Horning

Publié le 19/06/2019 à 17:02 - Mise à jour à 19:56
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Béatrice ROMAN-AMAT - Colmar (AFP)
-A +A

"Pour moi, ce n'était pas des bébés": jugée pour un quintuple infanticide, Sylvie Horning l'a répété inlassablement mercredi devant la cour d'assises du Haut-Rhin, posant plus de questions qu'elle n'a apporté de réponse, tout en demandant pardon aux bébés comme à sa famille.

"Ce n'était pas des bébés pour moi, c'était des êtres que mon esprit et mon corps n'acceptaient pas", "quelque chose qui grandissait en moi que je n'acceptais pas", a dit la quinquagénaire, mère de trois grands enfants et quatre fois grand-mère, s'exprimant très distinctement.

"Quand ça sortait de mon corps, je ne voulais pas voir ce que c'était", a-t-elle expliqué, se souvenant avoir couvert les nouveau-nés pour ne pas les voir mais incapable de dire si elle les a étouffés ou étranglés tous les cinq.

Il y a eu des gestes néonaticides "sans doute pour un, deux, trois, mais pour tous je n'en suis pas sûre", a-t-elle dit, confrontée par la présidente à ses aveux en garde à vue et au fait que trois des nouveau-nés ont été retrouvés avec des liens autour du cou.

"Aujourd'hui, j'arrive à dire (que c'était) des bébés, avant je n'y arrivais pas", a-t-elle expliqué. Incarcérée depuis un an et demi à la maison d'arrêt de Mulhouse, l'ancienne graveuse industrielle est suivie par une psychologue une fois par semaine.

La femme qui a tué ces bébés, sur une période allant de 1995 à 2003, qu'elle décrit comme une période de sa vie "très difficile", "ce n'était pas moi", dit-elle aussi.

Elle raconte avoir accouché trois fois la nuit, une fois le matin, une fois l'après-midi, toujours dans la salle de bains de leur maison de l'époque, à Wittelsheim, en banlieue de Mulhouse, à l'insu de tous ses proches et notamment de l'homme qui a partagé sa vie pendant 34 ans.

C'est lorsqu'elle évoque son compagnon, décédé en 2018, auquel elle fait une véritable déclaration d'amour posthume, et ses relations avec ses enfants qu'elle vacille.

"Je regrette d'avoir fait autant de mal à ces bébés, à ma famille, c'est tout ce que je peux dire", assure-t-elle, la voix étranglée de sanglots.

"J'aime mes enfants, les trois", répète-t-elle, mais quand elle lance "regarde-moi" à son fils aîné, qui s'est porté partie civile, il ne lève pas la tête vers elle.

- "Pas une mère" -

Plus tôt dans l'après-midi, ses trois enfants avaient eu des mots très durs à son encontre.

"C'est une femme mais c'est pas une mère, elle n'aurait jamais dû avoir d'enfant", a lancé sa fille de 29 ans, qui n'avait plus de relations avec elle depuis presque 5 ans quand elle a été interpellée, en 2017, mais vient la voir en prison, par fidélité à son père, qui lui avait demandé de la soutenir.

Son fils aîné a évoqué "un manque réel d'affection", tandis que la benjamine, pourtant la "chouchoute" qui dit avoir été proche de sa mère, lui a reproché d'avoir détruit sa vie.

Pour ses deux premiers enfants, leur père avait appris la grossesse au 6ème ou 7ème, pour leur dernière fille seulement 3 heures avant sa naissance.

Les experts se sont divisés sur la thèse du déni de grossesse, le gynécologue Israël Nisand soutenant que toutes ses grossesses avaient donné lieu à des dénis, tandis que le psychiatre Henri Brunner a estimé que l'accusée "désirait être enceinte mais ne voulait pas des enfants".

"J'ai toujours eu peur des médecins", a avancé mercredi l'accusée, qui prenait la pilule de façon erratique et avait demandé la ligature des trompes après la naissance de sa benjamine.

Dans cette affaire restée longtemps non élucidée, Sylvie Horning a été identifiée et interpellée 14 ans après la découverte fortuite de quatre premiers corps de nouveau-nés dans une forêt. Un cinquième avait été découvert dans une glacière au domicile de la famille.

"J'ai eu envie de me dénoncer quand j'ai entendu ça (la découverte des corps, NDLR) à la radio mais j'avais un conjoint et trois enfants", a-t-elle raconté, disant avoir aussi envisagé le suicide.

Le verdict est attendu jeudi.

Auteur(s): Par Béatrice ROMAN-AMAT - Colmar (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Municipale 2014

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-