Champs-Élysées: "pas de signe" de radicalisation de l'assaillant pendant sa détention (procureur)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Champs-Élysées: "pas de signe" de radicalisation de l'assaillant pendant sa détention (procureur)

Publié le 21/04/2017 à 18:17 - Mise à jour à 20:15
© Martin BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

L'assaillant qui a tué jeudi un policier sur les Champs-Élysées à Paris avait un lourd passé judiciaire, mais n'avait "pas présenté de signes de radicalisation" pendant ses 14 années en prison, a déclaré vendredi le procureur de la République, François Molins.

"Karim Cheurfi n'était pas fiché S (sûreté de l'Etat, ndlr) et n'avait pas présenté tout au long de sa période d'incarcération, donc pendant une période de quasiment 14 ans, (...) de signes de radicalisation ou de signes de prosélytisme", a expliqué M. Molins lors d'une conférence de presse.

L'attentat de jeudi soir a été revendiqué par l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

Karim Cheurfi avait été condamné notamment pour une affaire de vol avec effraction et était à ce titre sous le coup d'un sursis avec mise à l'épreuve.

Convoqué par le juge d'application des peines de Meaux, il "se présentait devant son juge le 7 avril 2017" qui lui "rappelait ses obligations" "sans procéder à la révocation" de ce sursis, a indiqué le procureur.

Le parquet de Meaux avait en effet saisi le juge "dès lors qu'il était apparu que l’intéressé était parti en Algérie du 15 janvier au 14 février 2017", "pour s'y marier" selon les explications de Karim Cheurfi.

Le sursis avec mise à l'épreuve est un régime plus sévère que le sursis simple, puisqu'il est accompagné de mesures de contrôle, notamment l'obligation d'avertir "préalablement" le juge d'application des peines pour aller à l'étranger.

Par ailleurs, "courant janvier 2017, le parquet antiterroriste a été destinataire d'éléments indiquant que Karim Cheurfi cherchait à se procurer des armes et qu'il aurait tenu des propos laissant entendre qu'il voulait tuer des policiers", a rapporté le procureur de la République.

Faute de preuves découvertes lors des perquisitions, sa garde à vue du 23 février se concluait le lendemain par une remise en liberté. Mais son lourd parcours judiciaire "justifiait la poursuite des investigations par la section antiterroriste de mon parquet (..) du chef d'entreprise individuelle terroriste" dans le cadre d'une enquête ouverte le 9 mars 2017, a indiqué M. Molins.

Les investigations doivent désormais déterminer "les conditions dans lesquelles il s'est procuré ses armes, en l'occurrence le fusil d'assaut Kalachnikov et le fusil à pompe (retrouvés avec lui sur les lieux de l'attaque, ndlr), enfin les éventuelles complicités dont il aurait pu bénéficier", a conclu le magistrat.

Trois proches présents au domicile perquisitionné étaient toujours vendredi soir en garde à vue.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


François Molins, le procureur de la République de Paris a déclaré que l'assaillant qui a tué un policier sur les Champs-Élysées à Paris n'avait "pas présenté de signes de radicalis

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-