Contraception: la désaffection pour la pilule se poursuit

Contraception: la désaffection pour la pilule se poursuit

Publié le 25/09/2017 à 08:05 - Mise à jour à 09:12
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La pilule reste le moyen de contraception le plus utilisé, notamment chez les plus jeunes femmes, mais la désaffection à son égard progresse, profitant à d'autres méthodes comme le stérilet, selon un baromètre de l'agence sanitaire Santé publique France publié lundi.

En 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception, elles n'étaient plus que 40,5% en 2013, et 36,5% en 2016, indique cette étude, comparant ses résultats avec ceux des deux précédentes enquêtes "Fecond" réalisée par l'Inserm et l'Ined en 2010 et 2013.

La pilule est davantage utilisée parmi les 15-19 ans (60,4%) et les 20-24 ans (59,5%), puis son utilisation diminue par la suite pour concerner moins de la moitié (47,8%) des 25-29 ans et plus qu'un tiers (35,4%) des 30-34 ans.

"Même si la pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée, elle connaît une désaffection qui persiste depuis 2012 suite au débat sur les risques liés aux pilules de 3e et 4e génération", souligne ce baromètre réalisé à l'occasion de la Journée mondiale de la contraception, le 26 septembre.

La polémique sur le risque des pilules de 3e et 4e génération avait été lancée suite à la plainte, récemment classée sans suite par la justice, d'une victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) imputé à une pilule de 3e génération.

La baisse de son utilisation profite à d'autres moyens de contraception, notamment au stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU, +6,9 points par rapport à 2010), au préservatif (+4,7 points) et à l'implant (+1,9 points).

L'évolution dans l'utilisation des méthodes contraceptives varie beaucoup selon l'âge des femmes, surtout chez celles âgées de 20 à 29 ans. "Soit elles abandonnent la pilule pour des méthodes à l'efficacité plus élevée (DIU, implant), soit au contraire, pour le préservatif, certes efficace contre les infections sexuellement transmissibles mais moins sur le plan contraceptif", constate Delphine Rahib, chargée de l'étude.

Mais si la pilule baisse, il n'y a pas pour autant "de désaffection vis-à-vis de la contraception", poursuit l'étude. De fait, la proportion de femmes déclarant n'utiliser aucune méthode est en baisse avec 8% en 2016 contre 9,1% en 2013 et 13,6 en 2010.

Moins de 5% de femmes utilisent des méthodes dites "traditionnelles" telles que la symptothermie, la méthode des températures et le retrait.

Enquête réalisée du 8 janvier au 1er août auprès de 4.315 femmes âgées de 15 à 49 ans concernées par la contraception.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La désaffection vis-à-vis de la pilule progresse, profitant à d'autres méthodes comme le stérilet

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-