Covid-19: après Nice et Dunkerque, d'autres territoires dans le rouge

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Covid-19: après Nice et Dunkerque, d'autres territoires dans le rouge

Publié le 25/02/2021 à 12:58 - Mise à jour à 13:40
© Christophe ARCHAMBAULT / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Andréa BAMBINO - Paris (AFP)
-A +A

Après Nice et Dunkerque, reconfinés le week-end pour contrer la flambée de Covid-19, le gouvernement doit se pencher sur une dizaine de départements qu'il juge "préoccupants", dans une crise sans fin où la vaccination semble le seul espoir.

Le Premier ministre Jean Castex et celui de la Santé Olivier Véran sont attendus jeudi à 18h pour annoncer de nouvelles concertations avec les élus pour ces départements où la situation "est très préoccupante" selon les mots du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Selon Matignon, ils devraient aussi aborder la question des traitements contre le Covid-19, alors que le gouvernement a déjà évoqué la piste des anticorps monoclonaux, censés épauler le système immunitaire pour neutraliser le coronavirus.

Outre les Alpes-Maritimes et le Nord, onze départements métropolitains connaissent un taux d'incidence supérieur à 250 cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, au-dessus du seuil d'alerte maximale défini par le gouvernement, dans les Hauts-de-France, l'Ile-de-France et le Grand Est, des régions confrontées à des proportions plus importantes de variants britannique, sud-africain ou brésilien du virus.

Parmi ces départements figure la Moselle, où le gouvernement a annoncé que des tests PCR négatifs de moins de 72 heures seraient exigés à compter de lundi matin pour les frontaliers qui reviennent d'Allemagne sans motif professionnel. Pour les non-frontaliers, ce test est déjà réclamé pour toute entrée en France en provenance d'un pays de l'UE.

- "La situation se dégrade" -

"Je ne demande pas de reconfiner la Moselle", où la question s'était déjà posée il y a deux semaines face à une hausse du variant sud-africain, a néanmoins déclaré sur France Inter le président de la région Grand Est, Jean Rottner, jugeant la situation "relativement stable". Mais "ce qui est inquiétant à l'échelle du Grand Est, c'est que la baisse de la circulation virale s'est arrêtée, donc je pense que dans deux à trois semaines, les questions se poseront de manière différente", a-t-il ajouté.

Au niveau national, Santé publique France a annoncé mercredi avoir enregistré plus de 31.519 cas positifs en 24 heures, un chiffre à prendre avec précaution car il peut comprendre des rattrapages de cas détectés les jours précédents, mais au plus haut depuis mi-novembre. Selon des données plus consolidées, il y a eu 138.771 personnes testées positives la semaine dernière, contre 128.662 la précédente.

"La situation épidémique se dégrade dans notre pays", a déploré mercredi Olivier Véran à Dunkerque, soulignant que "le nombre de diagnostics augmente désormais jour après jour".

Si les contaminations repartent à la hausse, ce sera dans un contexte où la charge hospitalière est déjà élevée, avec toujours plus de 25.000 patients hospitalisés (contre plus de 33.000 et 32.000 aux pics des deuxième et première vague), dont plus de 3.400 dans des services de réanimation, où sont soignés les malades les plus gravement atteints.

- Baisse des morts en Ehpad -

Le nombre de malades en réanimation reste loin des records de l'automne (4.900) et du printemps (7.000), mais la progression de la vaccination en France ne sera pas suffisante pour éviter un bond des hospitalisations à un niveau supérieur au pic de la première vague, sans restrictions supplémentaires, préviennent les modélisateurs de l'Institut Pasteur dans une étude publiée mercredi. Ce rebond serait lié notamment à la progression du variant d'origine britannique du coronavirus, estimé 50% plus contagieux que la souche historique.

Jeudi, la campagne vaccinale a entamé une nouvelle étape avec la possibilité pour les médecins de ville d'injecter l'un des trois antidotes autorisés en France, celui d'AstraZeneca, pour les 50-64 ans atteints de comorbidités, soit 2 millions de personnes.

"J'étais patiente mais j'avais un peu hâte aussi car je suis une personne à risque (...) Quand les beaux jours reviendront, il y aura beaucoup de candidats au vaccin, croyez-moi !", a assuré l'une des patientes à Olivier Véran, en visite avec Jean Castex dans une maison de santé du XXe arrondissement parisien où avaient lieu les premières piqûres.

Dans les Ehpad, cible prioritaire de la campagne, le taux de couverture vaccinale avec deux doses atteint désormais 50% (80% pour la première dose) et le nombre de décès, enregistré deux fois par semaine, connaît une baisse sensible, avec 121 morts mardi (contre 235 une semaine plus tôt), mais les autorités sanitaires restent prudentes et n'établissent pas encore de lien certain avec la protection due au vaccin.

Au total, 2,6 millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,3 million de personnes ont été vaccinées avec les deux doses.

Auteur(s): Par Andréa BAMBINO - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Olivier Véran (g) et Jean Castex (c) lors d'une vaccination mercredi 24 février 2021 à Paris

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-