Covid-19: une messe pascale clandestine en l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Covid-19: une messe pascale clandestine en l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet

Publié le 12/04/2020 à 23:11 - Mise à jour à 23:14
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Katell PRIGENT et Daphné ROUSSEAU - Paris (AFP)
-A +A

Une messe pascale clandestine: dans la nuit de samedi à dimanche, l'église intégriste Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris a célébré l'office en présence de quelques dizaines de personnes, entraînant la verbalisation du prêtre pour non-respect du confinement.

Les policiers ont été prévenus dans la soirée de samedi par des riverains de l'église, située dans le Ve arrondissement de la capitale, qui avaient entendu de la musique émanant des lieux, a indiqué une source policière, confirmant une information du Point.

A leur arrivée, les portes de l'église, connue pour son rite conservateur et notamment la messe en latin, étaient fermées. A minuit, une personne est sortie et a déclaré aux forces de l'ordre qu'il y avait effectivement une quarantaine de personnes à l'intérieur.

Les policiers ont pris contact avec le prêtre, qui a été verbalisé.

Les participants s'étant éclipsés, ils n'ont pu être verbalisés par les policiers, a ajouté une source policière.

Dans la retransmission vidéo de la vigile pascale (cérémonie liturgique prélude à la fête de Pâques) et visible sur YouTube, une trentaine d'ecclésiastiques, ainsi que des enfants de choeur, dont aucun n'était masqué ou ne respectait les gestes barrières, étaient présents dans l'édifice pour la messe dite en latin, rite qui a pratiquement disparu des diocèses de France.

Suivant le cours régulier du rite, l'eucharistie a ainsi été donnée de la main à la bouche à une dizaine de participants. Une procession et des moments de génuflexion, en rang serré, ont également eu lieu durant l'office. Aucun fidèle ne semblait en revanche présent dans les travées, selon les images retransmises en vidéo.

Sur YouTube, la paroisse de Saint-Nicolas-du-Chardonnet a également publié un message à ses fidèles, rappelant que "la retransmission vidéo de la messe dominicale ne remplace ni ne dispense de l'obligation d'assister physiquement à la messe pour ceux qui le peuvent", suivi d'un appel aux dons "pour aider dans ce projet".

- Stricte prière personnelle -

En ce week-end pascal inédit en France, les églises sont restées vides et les offices ont été diffusés à la télévision ou sur les réseaux sociaux pour les chrétiens restés confinés afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

La paroisse de Saint-Nicolas du Chardonnet a notamment été rendue célèbre dans les années 1970 par l'occupation de force par des membres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, qui n'est pas reconnue par l'Église. Ce mouvement est considéré comme "schismatique" par le diocèse de Paris.

Depuis le 17 mars, et l'entrée en vigueur du confinement, les messes ne sont plus dites en public. Les églises qui décident de garder leurs portes ouvertes invitent les fidèles à entrer pour une stricte prière personnelle, avec moins de 20 participants au total.

Les confessions doivent également respecter un mètre de distance, selon les recommandations adressées par le président de la conférence épiscopale, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, aux évêques de France.

En mars un prêtre avait écopé d'un rappel à la loi pour avoir célébré une messe, dans un camping privé en Isère, tandis que les treize fidèles présents avaient été verbalisés pour non respect du confinement lié au coronavirus.

Auteur(s): Par Katell PRIGENT et Daphné ROUSSEAU - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




France-Soir

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-