Covid: la hausse des contaminations imputable aux réunions de familles, selon une infectiologue

Covid: la hausse des contaminations imputable aux réunions de familles, selon une infectiologue

Publié le 23/12/2020 à 10:18 - Mise à jour à 10:20
© Anne-Christine POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

La hausse actuelle des contaminations au Covid-19 est principalement liée aux réunions de famille, a déclaré mercredi sur BFMTV l'infectiologue Karine Lacombe, qui anticipe un rebond "inéluctable" des hospitalisations après les fêtes.

"Sur le plan épidémiologique, l'épidémie n'est pas du tout sous contrôle, malgré les efforts qui ont été faits ces deux derniers mois", a constaté la Pr Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris.

"Ceux qui arrivent actuellement dans les hôpitaux sont des personnes qui se sont infectées à l'intérieur de la famille", a souligné l'infectiologue: "Ce sont typiquement des parents, grands-parents, qui ont fait des réunions de famille avec des enfants et des petits-enfants (...). On a peu de personnes qui arrivent à l'hôpital après avoir été contaminées à leur travail; l'origine des contaminations est vraiment intra-famillale".

La médecin a également pointé du doigt les "fêtes clandestines" qui ont eu lieu "dans beaucoup d'endroits en France, et sont à l'origine de la reprise de la transmission du virus" car ce sont des "évènements super-contaminateurs"

Il est selon elle "évident qu'à l'issue de cette période de Noël on va avoir une augmentation des contaminations, des arrivées en réanimation. C'est inéluctable, à moins que chacun se responsabilise individuellement et décide de passer Noël en petit comité".

Interrogée sur une réouverture éventuelle des bars et restaurants le 20 janvier, la médecin a répondu qu'il faudra prendre la décision "à l'aune de la situation sanitaire". "Je pense qu'on va vraiment savoir aux alentours du 10 janvier ce qu'il va falloir qu'on fasse", a-t-elle estimé, espérant que l'arrivée du vaccin infléchisse la courbe.

Interrogée sur la pertinence de la fermeture des établissements scolaires, elle a estimé que l'école était "absolument indispensable" et souligné qu'elle n'était plus un lieu où "le virus se transmet entre adultes et enfants", puisqu'ils y sont masqués.

Et d'insister: "Il ne faut pas faire ces réunions de famille avec les grands-parents qui sont en situation de fragilité".

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

La Pr Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, le 10 novembre 2020

Newsletter


Fil d'actualités AFP France




Commentaires

-