Cyberharcèlement de Mila: jusqu'à 6 mois de prison avec sursis requis contre 12 prévenus

Cyberharcèlement de Mila: jusqu'à 6 mois de prison avec sursis requis contre 12 prévenus

Publié le 22/06/2021 à 15:03 - Mise à jour à 15:56
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le parquet a requis mardi des peines allant jusqu'à six mois de prison avec sursis à l'encontre de douze jeunes gens, jugés à Paris pour avoir participé au "lynchage 2.0" de l'adolescente Mila, après sa vidéo polémique sur l'islam en novembre.

Le représentant de l'accusation a demandé à l'encontre de ces "harceleurs" une "peine d'avertissement": trois mois d'emprisonnement avec sursis pour trois d'entre eux, poursuivis pour harcèlement, et six mois de prison avec sursis pour neuf prévenus, renvoyés pour harcèlement et menaces de mort.

Le ministère public a sollicité du tribunal correctionnel qu'il relaxe un treizième prévenu, au bénéfice du doute.

Ces jeunes gens âgés de 18 à 29 ans, originaires de toute la France et pour la plupart sans antécédents judiciaires, ont en majorité reconnu à l'audience être les auteurs des messages haineux, postés en novembre 2020 en réponse à une nouvelle vidéo de Mila critiquant l'islam, et devenue virale.

Mais ils ont en grande partie contesté avoir su que Mila était la victime d'un harcèlement en ligne, un "raz-de-marée", et ainsi leur participation à un "raid" numérique.

Cette salve était pourtant intervenue dix mois après un premier déferlement de haine à l'égard de l'adolescente, contrainte de quitter son établissement scolaire et de vivre sous protection policière après avoir été la cible de milliers de messages de menaces sur internet, a souligné le procureur.

Il a vilipendé la "dérobade" et les "pauvres justifications" des prévenus, "un nuancier de la bêtise et de la haine de proximité, qui va du cuisinier qui veut mettre un coup de bite à Mila à l'étudiante en psychologie qui veut lacérer son corps avec un couteau".

L'audience, l'une des premières consacrées à l'infraction nouvelle de harcèlement en ligne, "doit permettre une prise de conscience, pour les prévenus et au-delà: il n'y a pas d'anonymat sur Internet", a encore relevé le représentant du parquet.

Les déclarer coupables, "ce sera dire à ces jeunes gens que (Mila) n'est pas un punching-ball sur laquelle on peut se défouler à loisir" et que "les réseaux sociaux ne sont pas un Far West sans règle", a-t-il lancé.

"Je vous demande de poser les jalons d'un monde un peu moins sauvage, de poser de nouvelles règles", a quant à lui déclaré Me Richard Malka, l'avocat de Mila, partie civile au procès.

Il a demandé 5.000 à 10.000 euros de dommages et intérêts à l'encontre de chacun des prévenus.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'adolescente Mila (C) et son avocat Richard Malka (D) au tribunal de Paris, le 2 juin 2021

Newsletter





Commentaires

-