David Pujadas fait ses adieux au JT de France 2

David Pujadas fait ses adieux au JT de France 2

Publié le 08/06/2017 à 08:54 - Mise à jour à 09:45
© Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Evincé par la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, le présentateur David Pujadas va faire ses adieux jeudi au JT de France 2 après 16 ans de règne sur l'information de la chaîne.

David Pujadas aurait pu rester jusqu'à l'été. Mais il a décidé de partir dès jeudi, annulant la dernière "Emission politique" qu'il devait présenter mi-juin avec Léa Salamé.

Le journaliste de 52 ans sera remplacé à la rentrée par Anne-Sophie Lapix, venue de France 5 où elle triomphait avec "C à vous". Le "joker" de Pujadas, Julian Bugier, assurera l'essentiel de l'intérim du lundi 12 juin à son arrivée, a précisé France Télévisions mardi à l'AFP.

Parfois critiqué pour ses interviews, mais reconnu en interne pour son efficacité, David Pujadas, même si sa longévité à la tête de son JT n'atteint pas celle d'un PPDA ou d'une Claire Chazal, a marqué la télévision française et notamment les quatre dernières élections présidentielles avec ses soirées électorales puis ses émissions politiques, "Des paroles et des actes" et "L'émission politique".

Il avait notamment présenté cette année le dernier round télévisé des onze candidats avant le premier tour de la présidentielle, avec Léa Salamé.

David Pujadas a également été l'artisan de la remontée fantastique des audiences du JT de France 2, qui talonne de plus en plus celui de TF1, avec une moyenne cette saison à 4,9 millions de téléspectateurs pour 20,5% de part d'audience.

Où ira "Puj", comme le surnomme sa rédaction ? Un proche promet des "surprises" tandis que certains médias le voient retourner chez LCI, chaîne où il a fait ses débuts et qui est désormais dirigée par ses anciens proches chez France Télévisions, Thierry Tuillier et Eric Monier.

- Un départ polémique -

Annoncé dix jours après l'élection d'Emmanuel Macron, le 17 mai, le départ de David Pujadas a mis le feu aux poudres dans sa rédaction.

Comme Julien Lepers, Patrick Sabatier, ou les présentatrices d'"Envoyé spécial" Guilaine Chenu et Françoise Joly, le journaliste a fait les frais du renouvellement impulsé par Delphine Ernotte depuis son arrivée en 2015.

"Après 16 ans, il faut une nouvelle incarnation parce qu'on arrive à la fin d'un cycle", a expliqué la présidente du groupe, sommée de venir s'expliquer devant la rédaction de France 2.

Les conditions du départ du journaliste ont ravivé des colères au sein de la rédaction, qui s'était déjà mobilisée en avril 2016.

Le SNJ de France Télévisions a notamment condamné le choix de cette date, "catastrophique", le jour même de la formation du gouvernement d'Emmanuel Macron, "puisqu'il jette sur le service public un nouveau doute quant au lien politique entre des décisions et le changement d'actionnaire (le président de la République)".

Elise Lucet, ex-leader du 13H devenue le visage de l'investigation sur la chaîne, a jugé que ce n'était "juste pas possible de se séparer de quelqu'un comme ça, quelqu'un qui a autant marqué la chaîne".

Les journalistes ont menacé de voter une motion de défiance contre la présidente de France Télévisions et son directeur de l'information Michel Field, particulièrement visé pour une tribune parue le matin même dans Libération qui critiquait le JT de France 2.

Une menace qui a poussé Michel Field à la démission, et à son remplacement par Yannick Letranchant, le directeur du réseau régional de France 3.

David Pujadas, né à Barcelone de mère française et de père espagnol, et père de quatre enfants, présentait le JT de 20H de la chaîne publique depuis septembre 2001, après des débuts à TF1 et LCI. Il avait succédé à Claude Sérillon au fauteuil du 20H00 en incarnant une nouvelle génération.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le journaliste David Pujadas lors de "L'Emission politique", le 18 mai 2017 dans les studios de France 2 à Saint-Cloud

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-