De retour devant la justice, Jawad Bendaoud se donne de nouveau en spectacle

De retour devant la justice, Jawad Bendaoud se donne de nouveau en spectacle

Publié le 25/04/2018 à 20:01 - Mise à jour à 20:04
© Alain JOCARD / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Eve SZEFTEL - Bobigny (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

De retour devant la justice, Jawad Bendaoud s'est livré à un nouveau show mais sans convaincre totalement ses juges: relaxé en février, le logeur de jihadistes du 13-Novembre a été condamné mercredi à Bobigny à de la prison avec sursis pour des menaces sur son ex-compagne.

Cet habitué des tribunaux et des coups d'éclat médiatiques a comparu dans la tenue décontractée --t-shirt, short et claquettes-- qu'il portait lorsqu'il a été interpellé mardi à l'aube à son domicile de Saint-Denis, pour des faits de violence remontant à octobre 2015 et des menaces très récentes.

A l'issue de son procès en comparution immédiate, cet homme de 31 ans au casier chargé (neuf mentions) a été condamné à six mois de prison avec sursis, une peine assortie d'une obligation de soins et de l'interdiction d'entrer en contact avec son ex-petite amie pendant deux ans.

Le parquet avait requis six mois ferme, jugeant que "la seule chose qui intéresse M. Bendaoud, c'est sa réputation; la victime, il s'en fiche".

Intarissable, celui qui avait accédé brutalement à la notoriété quatre jours après les attentats du 13 novembre 2015 s'est livré à un véritable show devant les nombreux journalistes et employés du tribunal venus assister à l'audience, coupant la parole au président ou l'interpellant familièrement : "Vous m'écoutez, là, monsieur le juge?". Des dérapages qui lui ont valu d'être fermement recadré par le magistrat.

- "Complètement perdu"-

S'il a reconnu avoir mis "un coup de tête" en 2015 à son ex-compagne avec laquelle il entretient une relation tumultueuse depuis 2004, il a nié l'avoir fait chuter à terre. La jeune femme, mère d'un garçon de 9 ans qu'il considère comme le sien sans être certain d'en être le père biologique, s'était vu prescrire un jour d'interruption totale de travail.

Le président du tribunal a relevé "l'ambivalence" de la plaignante qui a envoyé au prévenu une photo d'elle "en tenue légère" lundi soir, veille de son interpellation.

Quant aux menaces de mort, qui remontent à mars et avril, le prévenu a expliqué avoir "pété les plombs" après avoir reçu des vidéos pornographiques dans lesquelles son ex-compagne lui affirmait avoir tourné. Dans une série de textos, il menaçait notamment de lui "arracher les yeux" et de la "brûler vive".

Selon lui, celle dont il porte le prénom tatoué sur le torse a voulu lui faire payer son succès auprès des filles, qui doit beaucoup à la notoriété qu'il a acquise depuis le 18 novembre 2015 quand il s'était maladroitement défendu devant les caméras de télévision, quelques jours après les attentats de Paris et de Saint-Denis.

Son retentissant procès en février à Paris pour avoir logé deux des jihadistes du 13-Novembre et sa relaxe n'ont fait qu'accroître la renommée de celui qui a été détenu 27 mois à l'isolement.

Mercredi à la barre, "Jawad" s'est d'ailleurs vanté d'avoir "couché avec dix-sept filles" depuis sa sortie de prison le 14 février. "Je fais 80.000 vues sur +Snap+, l'équivalent du Stade de France ! Partout où je vais, c'est gratuit, en boîte de nuit, partout", a également fanfaronné l'ancien dealer de cocaïne.

"On ne peut pas attendre de quelqu'un qui sort de 27 mois d'isolement qu'il soit l'homme le plus rangé du monde", a plaidé son avocat, Me Xavier Nogueras, enjoignant le tribunal de ne pas renvoyer en prison son client, qui est "complètement perdu psychologiquement", en attendant son procès en appel en novembre pour recel de malfaiteurs terroristes.

Auteur(s): Par Eve SZEFTEL - Bobigny (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jawad Bendaoud quitte le tribunal de Bobigny, le 25 avril 2018 après avoir été condamné à de la prison avec sursis pour des menaces sur son ex-compagne

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-