Des centaines d'étudiants de Nanterre empêchés de passer leurs partiels à Arcueil

Des centaines d'étudiants de Nanterre empêchés de passer leurs partiels à Arcueil

Publié le 11/05/2018 à 10:02 - Mise à jour à 10:38
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Arcueil

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Plusieurs centaines d'étudiants, notamment de Nanterre, attendaient vendredi matin de passer leurs partiels à la maison des examens d'Arcueil (Val-de-Marne) dont l'accès était bloqué par des opposants aux nouvelles règles d'accès à l'université, a constaté une journaliste de l'AFP.

Paralysée depuis trois semaines, la faculté de Nanterre avait acté l'impossibilité d'organiser des partiels sur le campus et décidé d'en délocaliser une partie au centre d'Arcueil afin de permettre aux étudiants de valider leur semestre.

L'entrée du centre d'examen était toutefois bloquée vendredi matin par des opposants à la loi sur l'université, empêchant le début des examens prévu à 09H00, a constaté une journaliste de l'AFP.

Présentes sur place, les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser les manifestants et libérer l'accès aux bâtiments. A quelques dizaines de mètres de là, sur le quai du RER B, des étudiants leur lançaient des slogans hostiles: "Cassez-vous, cassez-vous!"

Jeudi soir, le "comité de mobilisation de la fac de Nanterre" avait lancé un appel à "tous ceux qui aujourd'hui défendent le droit de grève, les étudiant.e.s, les enseignant.e.s, les postier.e.s, les cheminot.e.s, les salarié.e.s, les chômeurs et chômeuses" pour se rassembler devant la Maison des examens d'Arcueil.

"Dans ce contexte de grève nationale (...), maintenir les partiels c'est vouloir casser la grève", arguaient les étudiants dans un communiqué.

Nanterre fait partie des universités entièrement bloquées par les opposants à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), accusée d'instaurer un système de sélection. Un mouvement qui est monté en puissance il y a six semaines mais semble désormais s'essouffler.

Selon le ministère, deux universités restaient bloquées jeudi (Rennes-2 et Nanterre) et cinq perturbées (Limoges, Nantes, Marseille, Sorbonne Université et Paris-8).

Auteur(s): Par AFP - Arcueil

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs centaines d'étudiants, notamment de Nanterre, attendaient vendredi matin de passer leurs partiels à la maison des examens d'Arcueil (Val-de-Marne) dont l'accès était bloqué par des opposants aux nouvelles règles d'accès à l'université.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-