Des escrocs profitent du dispositif de «Contact tracing» pour essayer d’arnaquer des assurés

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Des escrocs profitent du dispositif de «Contact tracing» pour essayer d’arnaquer des assurés

Publié le 11/03/2021 à 10:43 - Mise à jour à 10:52
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Vous réfléchissez deux fois avant de décrocher un numéro inconnu? C’est normal, la plupart du temps il s'agit d’offres commerciales suspectes ou d’arnaques. Le dernier stratagème en date pour les escrocs, est de se faire passer pour l'assurance maladie pour faire croire à la victime qu'une personne contaminée a donné ses coordonnées, en indiquant qu’elle est un “cas contact”. Pour éviter cette arnaque, l'Assurance Maladie appelle à la vigilance: lorsqu’elle appelle un assuré, le numéro affiché sera le 3646 ou le 05 53 35 62 37 et non un numéro inconnu.

Comment savoir si un appel relève vraiment du “contact tracing” officiel?

Les escrocs demandent à leurs victimes, sous prétexte d’avoir été identifiés comme “cas contact”, une adresse postale et un numéro de carte bleue pour envoyer à domicile un kit de dépistage payant. 

L’Assurance Maladie tient à préciser que les enquêteurs sanitaires de l’Assurance Maladie ne demandent jamais de coordonnées bancaires. Le test RT-PCR ne peut être réalisé que par des professionnels de santé, comme des infirmiers, ou dans des laboratoires ou des structures de dépistages dédiées. Il est entièrement remboursé par l'Assurance Maladie et peut être réalisé sans ordonnance.

En outre, les conseillers de l’Assurance Maladie peuvent, si le malade a donné son accord explicite , donner le nom du médecin ou du patient positif à la Covid-19 avec qui la personne qu’ils appellent a été en contact.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Les escrocs demandent à leurs victimes, sous prétexte d’avoir été identifiés comme “cas contact”, une adresse postale et un numéro de carte bleue pour envoyer à domicile un kit de dépistage payant.

Newsletter


Fil d'actualités AFP France




Commentaires

-