Deux-Sèvres: Jadot, Mélenchon, marchent aux côtés des opposants aux "bassines" pour l'irrigation

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Deux-Sèvres: Jadot, Mélenchon, marchent aux côtés des opposants aux "bassines" pour l'irrigation

Publié le 11/10/2020 à 16:47 - Mise à jour à 18:36
© Philippe LOPEZ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Épannes
-A +A

Quelque milliers de personnes, dont les anciens candidats à la présidentielle Yannick Jadot (EELV), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Philippe Poutou (NPA) ont manifesté dimanche dans les Deux-Sèvres contre des projets de retenues d'eau, devenues un conflit emblématique entre agriculteurs et écologistes sur l'usage de l'eau.

Porteurs de pancartes "Eau voleur !" "Eau secours, No Bassaran !", les manifestants ont traversé dans l'après-midi le village d'Epannes, l'un des sites prévus pour 16 retenues d'eau hors sol --"bassines" comme les appellent leurs opposants-- pour l'irrigation agricole de plus de 200 exploitations. Un premier chantier devrait débuter au printemps 2021.

Les drapeaux de partis --EELV, PCF, LFI, NPA-- syndicats, associations de défense de l'environnement, flottaient au sein du cortège pacifique, en musique, qui a rassemblé près de 3.000 personnes selon l'organisateur, le collectif "Bassines, non merci !", et 2.000 selon la police.

Les "bassines", a estimé M. Mélenchon "sont un symbole du cycle de l'eau qui va devenir un problème transversal", et la rareté de l'eau "thème central" pour LFI. "Etre contre des retenues d'eau ne parait pas aller de soi", mais la captation d'eau met en péril des zones humides telles que le Marais poitevin, 2e zone humide de France après la Camargue, et que le leader de LFI a visité dimanche matin.

"Il faut décréter que l'eau est un bien commun. Personne ne peut se l'approprier sans que la collectivité ait donné son mot", a lancé M. Mélenchon, à l'issue de la marche, à laquelle participait également l'altermondialiste José Bové.

Yannick Jadot a pour sa part jugé "insupportable, dans le débat public, de vouloir diviser les écologistes et les paysans". Mais il a pointé du doigt la FNSEA, qui soutient les bassines, "mirages de l'eau magique préservée pour quelques irrigants, mais rien pour les autres".

L'opposition aux bassines s'est ces dernières années cristallisée dans les Deux-Sèvres, site d'une douzaine de 16 retenues prévues dans la région (avec Charente-Maritime et Vienne voisines), sur le bassin de la Sèvre niortaise et du Mignon, crucial pour l'alimentation du Marais poitevin.

Les opposants, dont "Bassines non merci !" dénoncent le risque d'assèchement des nappes profondes, autour de ces retenues d'eau selon eux surdimensionnées, pour quelques exploitants irrigants. Et qui, pour eux perpétuent "un modèle productiviste" agricole.

Dans le même temps dimanche, la FNSEA des Deux-Sèvres a dénoncé "l'incendie criminel" samedi, de matériel d'irrigation (en l’occurrence un tuyau) chez un agriculteur de Mauzé-sur-le-Mignon. L'agriculteur va porter plainte, et le syndicat se porter partie civile. Le président de la FNSEA-79 Grégory Nivelle a déploré à l'AFP "un contexte local tendu", avec au moins trois actes de vandalisme ces dernières semaines contre de l'équipement d'irrigation.

Auteur(s): Par AFP - Épannes

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des milliers de personnes manifestent contre des projets de retenues d'eau, devenues un conflit emblématique entre agriculteurs et écologistes sur l'usage de l'eau, le 11 octobre à

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-